01 décembre 2014

Président actuel

Moi profil

Julien LLINARES, né à Nice le 10 décembre 1983.

Président du Parti Niçois depuis 2014.

-

« Postier de métier, je suis d’un naturel assez curieux, je m’intéresse à de nombreux sujets mais je suis avant tout passionné d’Histoire. 

-

Mon attachement à l’Histoire et à la culture du Pays Niçois je la dois à deux éléments essentiels : 
-
L’Histoire, qui grâce à grand-père instituteur à la retraite me fit passionner très jeune à l’histoire de ma ville, notamment au travers d'une bande dessinée : « Nice et son Comté ».  Et l’arrière-pays où je puise mes racines, partagé entre Tourrette-Levens et Ascros : Tourrette-Levens et où mon père y était chauffeur de car. Ascros dont les liens entre ma famille et ce village sont étroitement liés depuis que mon arrière-grand-père, Pierre Cadopi, lui aussi chauffeur de car, assurait la ligne Nice-Ascros dès 1935. 
-
C’est par mon intérêt pour l’Histoire de Nice que j’ai découvert un jour « Nice, demain l’indépendance » et fit la rencontre de son auteur ; Alain Roullier-Laurens, ce fut un tournant pour moi : comme beaucoup l'ayant cotoyé, en redécouvrant des pans entiers de l'Histoire de Nice (notamment la période révolutionnaire ainsi que la période 1860 et 1871), je redécouvris qui j’étais en tant que Niçois. J’ai adhéré en 2005 à la Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises (LRLN) fondé par Alain Roullier et m’engagea dans ce combat pour la réhabilitation de la vérité historique et travailler à l’avenir de Nice.
Le 24 mars 2010, année du 150e anniversaire de l’annexion de Nice et de la Savoie à la France je fis partie de la délégation niçoise accompagnant Alain Roullier en Suisse où il signa avec Jean de Pingon « la Déclaration de Genève » concernant l’abrogation du traité de Turin de 1860. J’étais présent à la création du Parti Niçois qui fut fondé le jour la « Déclaration de Genève ». 
-
En 2012 j’ai été candidat pour Parti Niçois aux élections cantonales partielles de Levens. 
-
Depuis 2014, suite à la disparition d’Alain Roullier-Laurens, j’ai repris son flambeau en tant que président du Parti Niçois.
-

Parallèlement au Parti Niçois, je suis également impliqué en tant que simple adhérent dans plusieurs associations niçoises à but culturelles et historiques : de 2015 à 2018 j’ai été organisateur, en collaboration avec la mairie de Nice, de la commémoration de la Dédition de Nice à la Savoie. »

 -

Ma page Facebook

image page fb

 

30 janvier 2014

Ancien président

alain roullier

Alain ROULLIER-LAURENS (Nice, 18 septembre 1946 – Nice, 26 janvier 2014)

Il fondera le Parti Niçois en 2010 qu’il présidera jusqu’à sa disparition en 2014.

Historien et écrivain, Alain Roullier-Laurens est l’auteur de nombreux ouvrages, préfaces et articles culturels et politiques.

Artiste, auteur et conférencier

Initiateur et responsable de projet associé à l’UNESCO où il a été conférencier, il organisera en partenariat avec l’UNESCO dans le cadre de « la route de l’esclave », un hommage international à James Baldwin (qui lutta pour les droits civiques aux côtés de Martin Luther King) et écrira un ouvrage relatant la vie de James Baldwin ; « le gardien des âmes »

Russophile, il organisera avec la ville de Villefranche-sur-Mer « les fêtes Russes » en 1996 à l’occasion du 150e anniversaire de l’arrivée à Villefranche de la tsarine Alexandra Féodorovna, veuve de Nicolas Ier.

Egalement peintre et sculpteur, classé dans la mouvance « figuration libre », il obtiendra plusieurs distinctions dans plusieurs expositions, il présente, entre autres, à une exposition « Art Jonction » de Nice, une sculpture nommé « la Mémoire de l’Art », il figure dans le Bénézit (dictionnaire de référence des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs du monde entier).

Défenseur et promoteur de l’identité niçoise.

Il contribuera notablement au soutien et à la promotion de la culture niçoise par ses chroniques dans divers journaux et revues niçoises ; il est, jusqu’en 2001, membre du comité de rédaction de la revue niçoise Le Sourgentin dans laquelle il publie de 1992 à 2001 de très nombreux articles culturels et historiques, constituant parfois le thème central de la revue, comme « Les Russes à Nice », « Le Palais de la Méditerranée », ou « Le marché au puce de Nice »

Il défend également l’intégrité de la façade du Palais de la Méditerranée due au grand sculpteur Antoine Sartorio et classée à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par Jack Lang. Fondateur de l’association « Palais Méditerranée », il dépose un recours devant le tribunal administratif de Nice et contribue à annuler un projet de construction déposé par la société FRADIM, lequel prévoyait l’érection d’un bâtiment dépassant en hauteur la façade classée, qui aurait défiguré la promenade des Anglais.

Ses recherches sur l’histoire niçoise permet de faire découvrir de très rares ouvrages d’auteurs niçois du XIXe siècle, en les traduisant de l’italien et en les faisant publier dans la collection « les Cahiers de l’Annexion » : Paraît en 2006 Nice contemporaine publié à Londres en 1871 par l’érudit et conspirateur républicain Henri Sappia (qui fonda plus tard la revue Nice historique et l’Acadèmia Nissarda) relatant le vote séparatiste niçois de 1871 et la répression française qui s’en suivie. En 2009 Nice 1792 - 1814, ouvrage rare du Niçois Joseph André, qui relate l’invasion révolutionnaire à Nice, la résistance des Barbets et les multiples exécutions, pillages et exactions que subit Nice de 1792 jusqu’en 1814. En 2011, paraît Souvenirs historiques et documentés de 1860 de Pierre-Louis Caire, qui à l’âge de 19 ans assista à l’annexion de Nice et s’exila en Italie où il devint magistrat.

Ces ouvrages révèlent ainsi une autre version de l’histoire de Nice.

Renaissance du nationalisme niçois et participation électorale

Mais il se fera connaître surtout en fondant l’association Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoise (2001) et en publiant Nice demain l’indépendance (2003) et contribuera à remettre la pensée nationaliste niçoise sur le devant de la scène politique. Avec cet ouvrage et son association Alain Roullier-Laurens prouve la caducité du traité de Turin de 1860 et se battra dès lors pour faire reconnaître les Niçois en qualité de « peuple avec des droits légitimes à l’autodétermination » notamment par l’autonomie ou l’indépendance du Pays de Nice.

En 2001 il présente une liste aux élections municipales de Nice.

En 2008 lors des élections cantonales il arrivera en 3e position dans le canton de Nice-1 (correspondant alors approximativement au Vieux-Nice et au Port)

Le 24 mars 2010, jour du 150e anniversaire de la signature du traité de Turin qui annexera Nice et la Savoie à la France, il signe à Genève, conjointement avec Jean de Pingon, fondateur de la Ligue savoisienne « la déclaration de Genève » : Dans ce texte, les signataires informent les puissances parties prenantes au traité de Paris du 10 février 1947, de l’abrogation du traité de Turin, du fait du non-respect par la France des dispositions impératives énoncées à l’article 44 du traité de Paix. Ils demandent en conséquence qu’en raison du nouvel état de droit en résultant, les Niçois et les Savoisiens soient consultés officiellement et puissent manifester librement leur volonté, quant au destin politique de leurs pays, par un vote organisé et contrôlé par l’ONU.

C’est précisément ce jour, le 24 mars 2010, depuis Genève, qu’Alain Roullier-Laurens fonde le Parti niçois/Partit Nissart dont le but est de réunir la société civile niçoise pour la défense des intérêts de Nice.

Fin 2013 il annonce présenter une liste Parti Niçois aux élections municipales de Nice de 2014, mais sa brutale disparition le 26 janvier 2014 met un terme à la candidature du Parti Niçois pour cette élection.

Alain Roullier-Laurens est inhumé, auprès de ses parents, au cimetière de Tourette-du-Château. 

Œuvres.

Raspoutine est innocent, France Europe éditions, 1998

Le Gardien des âmes, France Europe éditions, 1998, ouvrage préfacé par Jack Lang.

Révélations, France Europe éditions, 1999

Nice, demain l’indépendance, France Europe éditions, 2003

Garibaldi et Nice, France Europe éditions, 2009, ouvrage préfacé par Giuseppe Garibaldi, descendant direct de Jòusé Garibaldi

La Vérité sur l’annexion de Nice, France Europe éditions, 2010

Masséna, la trahison, les lauriers et les ombres, France Europe Éditions, 2010