"Quai Napoleon Ier", l'inauguration de la honte !

Communiqué du Parti Niçois du 20 octobre 2019.

Avec l’inauguration en grande pompe du « Quai Napoléon Ier » au port (en débaptisant au préalable le "Quai Cassini"), Nice n’avait plus connu une fête aussi outrancière et révisionniste depuis 2010 et le 150e anniversaire de l’annexion à la France !

Une « fête » au port de Nice…sans drapeau niçois ! Remplacé pour l’occasion par l’aigle napoléonien ! Cette insulte à notre emblème fait écho à la volonté du petit caporal qui voulut en 1811 effacer l’aigle niçois « incompatible » avec son aigle impérial !

Une « fête » célébrant un homme, qui en déplaise aux bonapartistes idéalisant leur héros, était le premier dictateur de la période contemporaine, responsable entre autres, de la mort de millions de personnes en Europe dans ses guerres et du rétablissement de l’esclavage.

Cette inauguration, n’était pas une fête destinée aux Niçois, c’était une sauterie organisée pour et par les jacobins, célébrant entre eux une fable de leur « roman national » ; mythe fondateur de leur nationalisme artificiel et mortifère.

Il serait peut-être temps, que celui qui se veut être le maire de « tous les Niçois », prend enfin conscience de la nécessité d’arrêter le « devoir de mémoire sélectif » en célébrant pompeusement des événements compatibles uniquement avec le « roman national » français, en marginalisant d’autres événements qui sont, peut-être moins « acceptables » pour l’Histoire (ré)écrite depuis Paris et pourtant au combien essentiel dans la construction de notre identité singulière :

Après-tout, en y réfléchissant, en regardant par exemple, le règne de la maison de Savoie sur Nice : pourquoi n’honorons-nous pas également cette dynastie après tout ? D’ailleurs qu’apporta de plus la petite décennie du joug de Napoléon sur Nice face à presque un demi-millénaire de règne des Savoie ? Face aux liens ancestraux entre Nice, Piémont et Savoie méritant d’être mis en avant, qu’apporta de plus le petit Caporal au particularisme niçois ? Rien si ce n’est vouloir effacer notre aigle ! Que vaut le culte franco-français à l’empereur face au rayonnement international de Garibaldi, fils de Nice ?

Il est plus qu’essentiel maintenant, d’honorer avec la même solennité notre Histoire dans son ensemble, célébrer nos véritables héros (nous attendons toujours, l’inauguration de la « rue des Barbets ») et mettre en lumière l'héritage au pluriel dans laquelle notre identité trouve ses racines.

drapeau napoleon

Sur le port de Nice, les drapeaux aux armes de Napoléon remplacèrent le drapeau niçois !

-

-

Pétition contre la fusion des académies de Nice et d'Aix-Marseille

Nous partageons ici le communiqué et la pétition de la Fédération des Associations du Comté de Nice concernant la fusion des académies de Nice et de Aix-Marseille :

"Monsieur le Ministre de l’Education Nationale a déclaré le 16 juillet 2018, lors d’une interview accordée à l’AEF, souhaiter « suivre pour l’essentiel les préconisations du rapport Weil pour avoir un nombre d’académies correspondant au nombre de régions ». 

Ce choix, confirmé dernièrement par le Ministre de l'Education, conduirait à la disparition de l’académie de Nice, absorbée par Aix-Marseille. La Fédération des Associations du Comté de Nice, rassemblant 62 associations culturelles, s’élève contre une mesure autoritaire, centraliste et injuste qui néglige les attentes des usagers du service public d’éducation et menace gravement les intérêts ainsi que le rayonnement de Nice et de son territoire. La Fédération des Associations du Comté de Nice demande solennellement à Monsieur le Ministre de renoncer au sabordage de l’académie de Nice, fût-il partiel, complet, rapide ou progressif. 

Rejoignez notre indignation et notre mécontentement en signant cette pétition afin de montrer notre détermination et essayer d’infléchir le cours de cette disparition programmée faisant fi des besoins et réalités d’un territoire et merci pour votre implication."

 

 


LA PETITION

 


 

 

 

01 décembre 2014

Président actuel

Moi profil

Julien LLINARES, né à Nice le 10 décembre 1983.

Président du Parti Niçois depuis 2014.

« Postier de métier, je suis d’un naturel assez curieux, je m’intéresse à de nombreux sujets mais je suis avant tout passionné d’Histoire. 

Mon attachement à l’Histoire et à la culture du Pays Niçois je la dois à deux éléments essentiels : 

L’Histoire, qui grâce à un grand-père instituteur à la retraite me fit passionner très jeune à l’histoire de ma ville, notamment au travers d'une bande dessinée : « Nice et son Comté ».  Et l’arrière-pays où je puise mes racines, partagé entre Tourrette-Levens et Ascros : Tourrette-Levens où mon père était également chauffeur de car. Ascros dont les liens entre ma famille et ce village sont étroitement liés depuis que mon arrière-grand-père, Pierre Cadopi, lui aussi chauffeur de car, assurait la ligne Nice-Ascros dès 1935. 
-
C’est par mon intérêt pour l’Histoire de Nice que j’ai découvert un jour « Nice, demain l’indépendance » et fit la rencontre de son auteur ; Alain Roullier-Laurens, ce fut un tournant pour moi : comme beaucoup l'ayant cotoyé, en redécouvrant des pans entiers de l'Histoire de Nice (notamment la période révolutionnaire ainsi que la période 1860 et 1871), je redécouvris qui j’étais en tant que Niçois. J’ai adhéré en 2005 à la Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises (LRLN) fondé par Alain Roullier et m’engagea dans ce combat pour la réhabilitation de la vérité historique et travailler à l’avenir de Nice.
Le 24 mars 2010, année du 150e anniversaire de l’annexion de Nice et de la Savoie à la France je fis partie de la délégation niçoise accompagnant Alain Roullier en Suisse où il signa avec Jean de Pingon « la Déclaration de Genève » concernant l’abrogation du traité de Turin de 1860. J’étais présent à la création du Parti Niçois qui fut fondé le jour la « Déclaration de Genève ». 
-
En 2012 j’ai été candidat pour Parti Niçois aux élections cantonales partielles de Levens. 
-
Depuis 2014, suite à la disparition d’Alain Roullier-Laurens, j’ai repris son flambeau en tant que président du Parti Niçois.
Parallèlement au Parti Niçois, je suis également impliqué dans plusieurs associations niçoises à but culturelles et historiques : de 2015 à 2018 j’ai été organisateur, en collaboration avec la mairie de Nice, de la commémoration de la Dédition de Nice à la Savoie. »