"Pose de la première pierre d'Ikea : un maire heureux"

 

estrosi ikea1

 

Communiqué du Parti Niçois - 26 octobre 2018

Pose de la première pierre d’Ikea à Nice : un maire visiblement « heureux » de laisser son empreinte…

Un maire heureux d’accueillir en grande pompe une entreprise faisant de l’évasion fiscale tandis que lui-même par ses augmentations (notamment la taxe foncière) accable les Niçois et les habitants de la métropole…

Un maire heureux de tuer le centre-ville, tuer le petit commerce, d’asphyxier un peu plus la ville avec un peu plus de trafic routier, raisons pour lesquelles d’autres communes du département refusèrent l’implantation d’Ikea chez elles …

Un maire heureux de saccager un peu plus chaque jour ce qui reste de terres cultivables, alors que de plus en plus de citoyens sont en quête de produits locaux dans leurs assiettes et à la traçabilité assurée …

Un maire heureux, d’imperméabiliser un peu plus les sols avec toujours plus de béton mettant en péril à la fois les nappes phréatiques tout en accentuant les risques d’inondation, à l’heure même où les catastrophes climatiques nous incitent à plus de prudence, de réflexion et de revoir notre modèle de société…

Un maire heureux de l’implantation d’une grande enseigne mais complètement indifférent (comme les autres politiciens tous bords confondus) à la disparition des institutions, des infrastructures et des services publics du Pays Niçois ; car à l’heure où Christian Estrosi est heureux, Nice voit son centre de tri postal délocalisé à Toulon et lorsque cet Ikea qui le rend si heureux sera achevé, ça sera autour de notre académie de disparaître, absorbée par celle d’Aix-Marseille….

Un maire, heureux et satisfait de sa vision à court terme, car comme tous les politiciens il ne voit pas plus loin que sa carrière sans toujours penser aux conséquences que ses actes auront sur les générations avenir.

Mais pendant que certains sont « heureux » ; des femmes et des hommes continuent de se battre sur le front de l’environnement, de la culture, des droits, de notre cadre et mode de vie afin de préserver et sauver ce qui peut encore l’être, reconquérir pour demain ce qui a était perdu hier. Des femmes et des hommes réfléchissant sur le long terme, pensant avant tout à la Nice qu’ils veulent laisser aux générations futures…

Inondations, il est temps de changer ! - communiqué du Parti Niçois - 16/10/2018

logo pn nouveau 1Combien faudra-t-il encore de drame comme dans l’Aude ou le Var pour que les pouvoirs publics réalisent enfin qu’il est temps de changer ?

A chaque catastrophe de ce type, comme à Cannes il y a trois ans, on pointe du doigt le bétonnage, l’artificialisation des sols dans des zones inondables, on met un petit peu la responsabilité des pouvoirs publics en cause, etc. …et pourtant qu’est-ce qui change ? Rien ! On en parle aujourd’hui comme à chaque catastrophe et demain on oubliera et on recommencera !

A défaut de changer de modèle à l’échelle mondiale pour limiter les effets du changement climatique, il faut, du moins, s’y préparer et s’adapter ; hors à l’échelle nationale et régionale les pouvoirs publics continuent de diriger dans le déni : « tout va bien madame la marquise », continuons à délivrer des permis de construire dans des zones à risques, continuons le bétonnage et l’artificialisation des sols (l’équivalent d’un département français est bétonné tous les sept ans) car là aussi on refuse de remettre en cause le modèle existant qui nous conduit droit dans le mur…

Nice n’est évidemment pas épargné par ces catastrophes, nous en avons connu et avec l’artificialisation des sols, comme dans la plaine du Var par exemple, nous en connaîtrons d'autres et plus violentes encore :

Plaine du Var où pour les besoins de "l’éco-vallée" (qui n’a d’écologique que le nom) un ancien préfet en 2009, se prenant pour Moïse, proclama que le Var n'était "plus une zone inondable" (!) afin de permettre aux élus locaux de délivrer des permis de bétonner pour les promoteurs !

Et le jour où une catastrophe se produira chez nous, tous ces gens ne seront peut-être pas inquiété où se défendront en disant « je ne savais pas ».

Il est temps que les pouvoirs publics, prennent véritablement conscience des risques à venir en remettant en cause l’urbanisme abusif et repenser l’aménagement du territoire.

Il est temps de préparer et éduquer les habitants à une vraie culture du risque pour adopter les bons gestes en cas de catastrophe (comme au Japon par exemple, où, dès l’enfance les habitants sont préparés à réagir en cas de séisme)

Et il serait temps, afin de responsabiliser les élus, de poursuivre et condamner systématiquement et plus sévèrement les représentants de l’Etat et les élus locaux (même s’ils ne sont plus en poste) ayant favorisés et accordés des permis de construire dans des zones qu’ils savaient pourtant à risque !

 

 

 

 

Pétition contre la fusion des académies de Nice et d'Aix-Marseille

Nous partageons ici le communiqué et la pétition de la Fédération des Associations du Comté de Nice concernant la fusion des académies de Nice et de Aix-Marseille :

"Monsieur le Ministre de l’Education Nationale a déclaré le 16 juillet 2018, lors d’une interview accordée à l’AEF, souhaiter « suivre pour l’essentiel les préconisations du rapport Weil pour avoir un nombre d’académies correspondant au nombre de régions ». 

Ce choix, confirmé dernièrement par le Ministre de l'Education, conduirait à la disparition de l’académie de Nice, absorbée par Aix-Marseille. La Fédération des Associations du Comté de Nice, rassemblant 62 associations culturelles, s’élève contre une mesure autoritaire, centraliste et injuste qui néglige les attentes des usagers du service public d’éducation et menace gravement les intérêts ainsi que le rayonnement de Nice et de son territoire. La Fédération des Associations du Comté de Nice demande solennellement à Monsieur le Ministre de renoncer au sabordage de l’académie de Nice, fût-il partiel, complet, rapide ou progressif. 

Rejoignez notre indignation et notre mécontentement en signant cette pétition afin de montrer notre détermination et essayer d’infléchir le cours de cette disparition programmée faisant fi des besoins et réalités d’un territoire et merci pour votre implication."

 

 


LA PETITION

 


 

 

 

09 octobre 2016

PETITIONS

Face à la désertification institutionnelle et infrastructurelle du Pays Niçois, des citoyens et des associations se mobilisent, nous les soutenons et partageons leurs combats. Retrouvez sur cette page leurs pétitions à signer et partager.

 

NON aux fermetures des gares Tende Sospel La Trinité Garavan Carnoles Villefranche/mer

Contre la délocalisation du centre de tri postal de Nice à Toulon

NON à la Prison sur le plateau Tercier !

Contre la fusion des académies de Nice et d'Aix-Marseille

Un mémorial musée pour Nice 

 

 

01 décembre 2014

Président actuel

Moi profil

Julien LLINARES, né à Nice le 10 décembre 1983.

Président du Parti Niçois depuis 2014.

« Postier de métier, je suis d’un naturel assez curieux, je m’intéresse à de nombreux sujets allant de l’astronomie à la photographie mais je suis avant tout passionné d’Histoire.

Mon attachement à l’Histoire et à la culture du Pays Niçois je la dois à deux éléments essentiels :

L’Histoire, qui grâce à grand-père instituteur à la retraite me fit passionner très jeune à l’histoire de ma ville, notamment au travers d'une bande dessinée : « Nice et son Comté ».

Et l’arrière-pays où je puise mes racines, partagé entre Tourrette-Levens et Ascros : Tourrette-levens où j’ai vécu jusqu’à mes 30 ans et où mon père y était chauffeur de car. Ascros dont les liens entre ma famille et ce village sont étroitement liés depuis que mon arrière-grand-père, Pierre Cadopi, lui aussi chauffeur de car, assurait la ligne Nice-Ascros dès 1935.

C’est par mon intérêt pour l’Histoire de Nice que j’ai découvert un jour « Nice, demain l’indépendance » et fit la rencontre de son auteur ; Alain Roullier-Laurens, ce fut un tournant pour moi : comme beaucoup l'ayant cotoyé, en redécouvrant des pans entiers de l'Histoire de Nice (notamment la période révolutionnaire ainsi que la période 1860 et 1871), je redécouvris qui j’étais en tant que Niçois. J’ai adhéré en 2005 à la Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises (LRLN) fondé par Alain Roullier et m’engagea dans ce combat pour la réhabilitation de la vérité historique et travailler à l’avenir de Nice.

Le 24 mars 2010, année du 150e anniversaire de l’annexion de Nice et de la Savoie à la France je fis partie de la délégation niçoise accompagnant Alain Roullier en Suisse où il signa avec Jean de Pingon « la Déclaration de Genève » concernant l’abrogation du traité de Turin de 1860. J’étais présent à la création du Parti Niçois qui fut fondé le jour la « Déclaration de Genève ».

En 2012 j’ai été candidat pour Parti Niçois aux élections cantonales partielles de Levens.

Depuis 2014, suite à la disparition d’Alain Roullier-Laurens, j’ai repris son flambeau en tant que président du Parti Niçois.

Parallèlement au Parti Niçois, je suis également impliqué en tant que simple adhérent dans plusieurs associations niçoises à but culturelles et historiques : j’aide bénévolement à la création de chars de carnaval indépendant et de 2015 à 2018 j’ai été organisateur, en collaboration avec la mairie de Nice, de la commémoration de la Dédition de Nice à la Savoie. »