"pénurie sur la farine", l'exemple de la dangerosité des fake news en ces temps de crise

Depuis quelques jours je vois passer, même chez certains de mes contacts Facebook, une « info » « alarmiste » venant de tweets disant que « la France brade à prix cassé son blé » en pleine pandémie de Covid alors que « les stocks sont bas » ce qui expliquerait pour certains pourquoi nous ne trouvons plus de farine dans les rayons de supermarché et appelant à stocker pâtes et farines car on risque la pénurie…

Après quelques recherches, notamment sur des sites spécialisés, il s’avère que cette info est bien une fake new. Pour résumer les différentes infos glanées çà et là : il n’y a pas de pénurie de blé tendre :

La France, premier producteur de blé en Europe (deuxième si on inclut la Russie dans une « Europe large » - Russie qui par ailleurs premier exportateur mondial de blé) produit le double de blé de ce qu’elle consomme (l’excédent est donc exporté).

usine nouvelle

L’apparente « pénurie dans les rayons » vient du comportement des particuliers s’étant jeté sur la farine comme sur les pâtes, le riz et autres pour faire des stocks (hausse de 270% de la vente de farine aux particuliers depuis le début du confinement) et du manque de capacité à conditionner la farine à ce « format » pour particuliers et de répondre à cette nouvelle demande car l’essentiel du conditionnement de la farine est destiné aux professionnels : boulangers, industriels (qui eux ne reçoivent pas la farine par petits sachets de 1 kg mais en sacs de plusieurs dizaines de kilos ou citernes de plusieurs tonnes). Il faut savoir que la vente de blé aux particuliers dans les grandes surfaces ne représente que 2 à 5% du tonnage des blés vendus en France.

Si on ne trouve plus de farine dans les grandes surfaces ce n’est pas tant à cause du manque de blé, que du manque de conditionnement. Ce qui est logique quand on a une machinerie formatée au conditionnement à échelle industrielle, on ne va pas se mettre à recalibrer toute les machines pour répondre à une demande temporaire des particuliers paniqués qui sont les vrais responsables de cette « pénurie » dans les grandes surfaces, en ayant fait des réserves pour les 10 prochaines années…

De même le blé n’est pas « bradé » non plus. Fin avril 2020 (au moment où a commencé à circuler cette rumeur) le blé se vendait aux alentours de 200€ la tonne (l’année dernière à la même période c’était aux alentours de 180 €). 180-200€ la tonne c’est d’ailleurs, selon les sites spécialisés, la « volatilité normale » du cours du blé, ce n’est ni bradé ni flambé. Juste pour info, pour ce début d’année le cours du blé a été à son plus bas niveau (175€ la tonne) le 16 mars, jour de l’allocution de Macron instaurant le confinement en France. Actuellement (au 2 mai) le blé tendre se vend à 195€ la tonne.

graphique cours ble

Si j'ai fait toutes ces recherches pour faire ce message ce n’est pas parce que je m’ennuie durant le confinement ; c’est parce que je vois la dangerosité de ce genre de fake news avec de plus en plus de messages de gens paniqués (y compris de la part de certains de mes contacts Facebook) relayant sans vérifier et appelant à STOCKER EN MASSE (occasionnant ainsi la pénurie)

La psychose est plus contagieuse qu’un virus.

Et à l’instar du Coronavirus, il y a aussi des gestes barrières à adopter contre la connerie virale : comme éviter de partager tout et n’importe quoi surtout si ce n’est pas sourcé et vérifiable. Après-tout si vous vous méfiez des médias « officiels », à plus forte raison méfiez vous encore plus d'un post facebook ou d'un tweet sortant de nulle part ou provenant d’un obscur et douteux média « alternatif ».

Julien LLINARES, président du Parti Niçois

==== Sources ====

"Pourquoi les rayons de farine restent vides ? Par parce que la France brade son blé à l'export" (Usine Nouvelle - 29/04/2020)
https://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-les-rayons-de-farine-restent-vides-pas-parce-que-la-france-brade-son-ble-a-l-export.N958671?fbclid=IwAR0LFOeYh5tiR2WU1RvF3JXMdNQzfOcc3IY-3y3-6sjYv3-XOXzwwSxTlh0

Marché à terme du blé tendre (Terre-net)
https://www.terre-net.fr/marche-agricole/ble-tendre/terme

Vrai ou Fake : la France est-elle en train de brader son blé à l'étranger ? (France Info - 30/04/2020)
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vrai-ou-fake-la-france-est-elle-en-train-de-brader-son-ble-a-l-etranger_3942423.html?fbclid=IwAR1uK0_liP4n8y2QZOsXjVJqeaU6c-h51SVk1gBOOb50y2_NbIHJWOGOSF8

Lettre du président #09 -Rue « Jacques Médecin »

jacquou

Dans quelques jours une rue « Jacques Médecin » verra le jour, une inauguration qui fait polémique, certains élus et militants de l'opposition montant au créneau à coup de pétition en ligne et d'appel à « une action de protestation ».

On aurait aimé voir ces élus et militants être aussi offensif face à l’inauguration du « quai Napoléon Ier », car même si Jacquou n’était certainement pas un saint, il n’avait pas le sang de millions de morts (dont des Niçois) sur les mains, contrairement à l’empereur....

Jacquou avait peut-être des défauts, mais il avait aussi des qualités que ses opposants de l’époque, eux au moins, savaient lui reconnaître.

Je veux bien qu’on s’oppose à l’inauguration d’une rue Jacques Médecin sous prétexte de ceci ou de cela, pourquoi pas après-tout, chacun est libre de s' indigner de ce qu'il veut… mais encore faut-il que les personnes, se lançant dans cette « croisade anti-Jacquou » puissent eux-mêmes être irréprochables, car les idéologies ou les prises de position de certains de ces « croisés anti-Médecin » ou de leurs partis ne sont pas non plus exemplaire…

Quant aux reproches que l’on peut faire généralement aux niçois « adulant » un « mafieux et un escroc », surtout lorsque ces reproches viennent de personnes d’outre-Var; quand on voit la classe politique française ; avant de regarder la paille dans l’œil du voisin, regardez d’abord la poutre qui est dans le vôtre !

Oui Jacquou a commis des fautes et fait des erreurs, les Niçois ne le nient pas, ils ne cherchent absolument pas à le dédouaner ou à l’excuser ; contrairement aux militants d’aujourd’hui de certains hommes politiques français, niant les faits reprochés jusqu’a inventer des « théories des complots » pour dédouaner leurs champions ou lançant des cagnottes pour des élus condamnés…

Qu’on le veuille ou non, qu’on partage ou non ses opinions (et je ne partage absolument pas toutes ses opinions) c’était un personnage aux multiples facettes aimé des Niçois malgré tout. Il marqua l’Histoire récente de notre ville durant un quart de siècle où il a été à la fois maire de Nice et un « père » pour les Niçois.

Mais surtout et avant tout, Jacquou était un Nissart.

Julien LLINARES

Lettre du président #05 16/12/2018 - Concernant le RIC

ric

Le problème du RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne) tel qu’il est revendiqué actuellement par des gilets jaunes et par certains partis politiques, c’est que le RIC reste dans un cadre très jacobin, donc limité et ne répondant pas aux attentes spécifiques des « territoires » d'où sont issues la plus part des gilets jaunes.

Les gilets jaunes comme les politiques n’arrêtent pas de citer en exemple la Suisse pour ses référendums…sauf qu’ils oublient de dire que la Suisse n’est pas un État hypercentralisé comme la France, mais une fédération, accordant une grande autonomie à ses cantons et ses communes et d’ailleurs la plupart des RIC là-bas se font à l’échelle locale. C’est quand même une différence notable avec la France.

Mais instaurer un RIC, sans remettre en cause le centralisme parisien, devrait donc s’organiser à coup de pétitions recueillant des centaines de milliers de signatures (on parle d’un minimum de 700 000) ce qui implique nécessairement de faire signer dans toute la France pour obtenir ce résultat. Forcément il sera limité par les questions qui seront posées, questions uniquement portées sur des sujets « nationaux » mais absolument pas locaux.

On se retrouvera dans l’incapacité totale de réellement répondre aux problèmes et aux enjeux locaux impactant directement le quotidien des citoyens et on retournera à la case départ : des millions de gens des «territoires » qui seront encore les laissés-pour-compte.

Prenons un exemple simple :

Imaginez demain à Nice, on souhaite organiser un référendum concernant le péage de St-Isidore, s'il faut le supprimer ou non.

Sans même parler de récolter les 700 000 signatures nécessaires pour déclencher un RIC…vous imaginez sérieusement réussir à faire voter la France entière sur la question du péage de St-Isidore ? Demander à tous les Français de se prononcer sur des sujets dont ils ont en rien à faire parce qu’ils en ont rien à faire de Nice en général ? impossible bien entendu !

Ce n’est pas à un Strasbourgeois ou à un Brestois de se prononcer sur un problème spécifique à Nice, c’est aux Niçois seuls d’en décider et réciproquement je n’ai pas à me prononcer et décider à la place d’un Alsacien ou d’un Breton sur un problème spécifique de chez lui.

Conclusion :

Avant même de parler de RIC ou autres réformes institutionnelles. La première revendication véritablement « révolutionnaire » que doivent porter les gilets jaunes c’est bien la sortie du système jacobin pour aller vers un système – disons-le - plus fédéral…et là vous verrez que les Le Pen, Mélenchon, Dupont-Aignan et compagnie seront soudainement moins enthousiastes à l’idée de soutenir et récupérer les gilets jaunes…

Alors je sais, le mot « fédéralisme » en France c’est comme Voldemort dans Harry Potter, c’est tellement tabou qu’on n’a pas le droit de « prononcer son nom » mais il faudra bien en parler !

Si « fédéralisme » fait peur, alors parlons de « décentralisation accrue » ou de « Girondisme », peu importe le nom mais il est temps d'ouvrir le débat sérieusement sur le problème du centralisme parisien !

 

Julien LLINARES, président du Parti Niçois