Elections présidentielles 2022, consigne de vote du Parti Niçois

logo pn nouveau 1

Pour les élections présidentielles, le Parti Niçois appel à voter blanc.

Tous les candidats se disent être ; soit « antisystème » soit vouloir réformer le système existant, mais aucun ne souhaite se débarrasser du système jacobin nuisible étouffant ce pays. Étant tous jacobins à des degrés divers, les candidats ne peuvent évidemment pas changer de logiciel et mettre fin à ce système dont ils sont issus et qui les nourrit.
-
Concernant le 2e tour, si les sondages disent vrai sur le nom des deux "finalistes", ni l’un ni l’autre ne sera une bonne chose pour Nice :
-
Le premier, Emmanuel Macron, pour lequel le maire de Nice est prêt à se vendre et à vendre la ville avec lui, ne remettra évidemment pas en cause le système parisien.
-
La seconde, Marine Le Pen, qui malgré son image policée de sympathique éleveuse de chats (et surtout grâce au faire valoir Éric Zemmour finissant de la dédiaboliser) reste pourtant une très dangereuse jacobine ; farouche ennemie des langues et cultures régionales qu’elle considère comme une "menace mortelle" pour la France, allant jusqu’à nier l’existence même des peuples annexés ; hostile à toutes formes d’émancipation et de contre-pouvoir nécessaire des territoires face au centralisme parisien.
Là aussi, nous appelons à voter blanc.
-

*Pour voter blanc nous rappelons qu’il suffit de ne glisser aucun bulletin dans l'enveloppe, donc la laisser vide, ou de glisser un bulletin vierge du même format que les bulletins officiels dans l’enveloppe.

 

Ukraine : Réaction du président du Parti Niçois - 24/02/2022

 

ukraine

Je dénonce l'agression de Vladimir Poutine contre l'Ukraine. Quelles que soient les raisons, les griefs et les prétextes, rien ne justifie l'emploi de cette force brutale au détriment du droit, rien ne justifie d'en arriver à un conflit ouvert et de grande ampleur aux portes de l'Union Européenne, ramenant la guerre sur notre continent, ce qui entraînera forcément des conséquences y compris pour les Niçois. 

J'ai une pensée particulière pour les Ukrainiens vivant à Nice, s'inquiétant pour leurs familles restés au pays et s'interrogeant avec angoisse sur l'avenir de leur patrie. J'ai aussi une pensée pour la communauté russe très présente et historiquement liée à notre ville, qui, j'en suis persuadé, dans sa grande majorité, ne souhaite pas d'une guerre avec un peuple frère. Les Russes de Nice ne peuvent et ne doivent pas être tenu pour responsables des décisions prises par le maître du Kremlin ; cette guerre est la volonté d'un seul homme et non d'un peuple.

En espérant un cessez-le-feu et une désescalade rapide de ce conflit et le retour à la paix.

 

Julien Llinares, Président du Parti Niçois

 

Bonne et heureuse année

bca2022pn

Posté par parti_nicois à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Réaction du Président du Parti Niçois, suite à la tentative de récupération de la bataille de Lépante par le RN (08/10/2021)

Hier 7 octobre, marquait le 450e anniversaire de la bataille de Lépante à laquelle les Niçois participèrent (voir ou revoir la dernière vidéo de Pais TV sur le sujet)
-
A l’occasion de cette date anniversaire, Phillippe Vardon, comme depuis des années (et à l’instar de Catherine Segurane) tente de récupérer et détourner ces évènements, en réécrivant l’Histoire de Nice au passage, afin que cela colle aux idées du RN et aux problèmes de la société actuelle…
-
Ces manœuvres politiciennes pouvaient encore faire l’illusion à l’époque de l’imposture identitaire, mais maintenant que l'ex-chanteur sulfureux a dévoilé son vrai visage de jacobin cocardier…la récupération de la bataille de Lépante (et la figure de Catherine Segurane) devient aujourd’hui tout simplement ridicule et honteuse. Et la honte ne l’étouffe pas, de se rendre le 7 octobre à la rue Lépante, paraît de son écharpe d’élu régional aux couleurs de la Provence, de déposer une gerbe tricolore (!) et en l'absence totale de drapeau niçois !!! (jugez-en par vous même)
-
Chaque fois qu’il est question de Lépante (et encore plus de Ségurane) l’ex-chanteur sulfureux mentionne exclusivement l’implication ottomane…omettant volontairement un élément qui est pourtant loin d’être un « détail de l’Histoire » : le rôle primordial que joua la France dans le siège de 1543, et son absence parmi « la flotte chrétienne » à Lépante…
-
Car bien sûr cela fait tache pour un parti jacobin, de rappeler ces faits ; cela va à l’encontre du mythe du « roman national français »
Cela fait tache, de devoir rappeler aux nostalgiques d’un passé français fantasmé, que le « très roi chrétien » François Ier, scella une alliance avec le sultan Soliman dit « le Magnifique » dès 1536. Une alliance qui à l‘époque, horrifia la chrétienté, parlant « d’alliance impie ». Une alliance contre-nature qui avait comme seul but ; de permettre au royaume de France de rivaliser avec Charles Quint et l’empire des Hasbourg. Une « alliance impie » qui durera deux siècles et demi...
-
Cela fait tache, de rappeler à certains que la France profita largement de la puissance militaire turque (notamment navale) pour assouvir sa soif de conquête lors des guerres d’Italie : qu’à Nice en 1543, les Turcs étaient là uniquement en soutien aux Français qui étaient les vrais commanditaires du siège. Nice ne sera d’ailleurs pas la seule en Europe à subir l’offensive de la France et de ses supplétifs ottomans…
-
Cela fait tache, de rappeler à certains, que la France laissa le port de Toulon à disposition des Turcs, ce qui leur permit d’obtenir une base arrière pour effectuer des raids en Méditerranée occidentale (C’est d’ailleurs depuis Toulon, qu’appareilla la flotte ottomane qui attaqua Nice en 1543)
-
Cela fait tache, de devoir rappeler aux nationalistes s'accaparant « les racines chrétiennes », qu’en retour, la France « fille ainée de l’Église » aida les Ottomans dans leurs conquêtes d’une partie de l’Europe chrétienne, comme la Hongrie... le genre de « détail de l’Histoire » que Le Pen ou Zemmour se garderait de bien raconter dans un diner avec leur ami Viktor Orban…
-
Cela fait tache, quand certains évoquent toujours les « racines chrétiennes », de devoir leur rappeler que la France, de part son « alliance impie », était la grande absente de Lépante. En conséquence de quoi, « la fille aînée de l’Église » ne fait pas partie des nations chrétiennes victorieuses…
-
Enfin et surtout cela fait encore plus tache, quand on représente un parti nationaliste français, de devoir rappeler que si Catherine Segurane a bien cabossé des têtes de Turcs… elle a aussi fracassé des crânes français avec son battoir à linge !
Julien LLINARES, président du Parti Niçois
-

Au sujet de la vaccination : réaction du président du Parti Niçois - 21/09/2021)

 

vaccination

Certains se sont étonnés de mon silence (et celui du Parti Niçois) depuis la mise en place du passe sanitaire en juillet et de tout ce qui tourne autour de la vaccination contre le Covid.

Face aux hystéries collectives, je n’ai jamais été homme à hurler avec les loups quelques soit la meute ou à suivre le troupeau quel que soit le cheptel. Je préfère observer (sauf en de rares cas où je ne pouvais rester silencieux), prendre de la hauteur, voire au-delà de ce qui se passe de l’hexagone, en évitant un regard franco-français sur la situation. Il est d’autant plus difficile d’analyser avec le recul nécessaire toute la période que nous connaissons depuis 2020 car nous vivons toujours en pleine pandémie.

N'attendez pas de moi que je vous dise quoi faire. Ce n’est pas parce que j’ai pu lire tel ou tel article de vulgarisation scientifique que cela fait de moi un expert (auto-proclamé) en la matière. Dans la situation actuelle que nous vivons, il ne faut pas avoir honte de dire qu’on ne sait pas tout ; ce qui est mon cas.

Je suis curieux de nature je m’intéresse et me passionne pour beaucoup de choses, pourtant tout passionné que je peux être par exemple en astronomie en paléontologie ou en archéologie.… J’en connaîtrais toujours infiniment moins que la communauté des astronomes, des paléontologues ou des archéologues….

Il en va de même sur ce sujet au combien important qu’est la vaccination (que ce soit Covid ou une autre maladie d'ailleurs, l'antivaccinalisme à une longue histoire en France et ne date pas seulement de la pandémie actuelle). Je m’intéresse au sujet mais là aussi ; j'en connaîtrais infiniment moins que la communauté des experts en virologie, épidémiologie et vaccinologie. Donc n’attendez pas de moi que je vous dis de vous faire vacciner ou non, je m’en remets à la communauté des experts, au consensus scientifique et aux faits ; remettez-vous, vous aussi à la communauté des experts, au consensus scientifique et aux faits.

La seule chose que je peux vous conseiller en revanche, méfiez-vous de la désinformation, du biais de confirmation et des gourous :

N’écoutez pas ceux qui n’ont pas plus de connaissances en la matière que moi et qui pourtant, vont vous inciter à ne pas vous faire vacciner. Pour reprendre une punchline du sénateur Claude Malhuret « Ils ne savent même pas localiser leur vésicule biliaire mais ont un avis tranché sur l'ARN messager et l'hydroxychloroquine ».

Méfiez-vous des gourous, des charlatans des pseudo-sciences et autres faux prophètes dont l’apparente expertise voient leurs jugements faussés par des convictions acerbes ou la soudaine notoriété médiatique. Aux individualités profitant de cette crise, préférez le travail collectif des experts et le consensus scientifique. 

Diversifier et vérifier ses sources, évitez les biais de confirmation en cherchant exclusivement les « informations » qui vous confortent dans vos opinions politiques et/ou religieuse. Je sais que la période exceptionnelle peut pousser à se réfugier dans ses croyances et convictions afin de s’apporter une réponse rassurante à nos inquiétudes. Mais pour se sortir de cette situation exceptionnelle, nous avons besoin plus que jamais de nous en tenir aux faits et non aux croyances. Si vous ne faites pas confiances aux « médias mainstream », alors à plus forte raison méfiez-vous encore plus d'un article ou d’une vidéo provenant d’un obscur et douteux média « alternatifs ».

En bref, le seul avis et conseil que je peux donner afin de vous forger votre opinion et prendre votre décision concernant la vaccination : c’est de faire preuve de rationalisme, d’esprit critique, de parcimonie, d’éviter de tomber dans le piège émotionnel, d’éviter de s’enfermer dans des convictions tranchées et de s’en tenir aux faits.

Pour le reste, concernant les « complots » : apprenez à différencier conspiration réel et théorie du complot. Les conspirations existent et ont existés (il suffit de voir l’annexion de Nice 1860) et ne nécessit pas l’intervention d’extra-terrestre ou de sociétés secrètes régissant le monde dans l’ombre... L’erreur à ne pas faire c'est de voir des complots partout tout le temps surtout pour expliquer le monde et les évènements s'y déroulant par je ne sais quel plan occulte.

Je ne peux que conseiller Le Manuel de la Théorie du complot.

 

Julien LLINARES, président du Parti Niçois

 

Tempête Alex dans le Pays Niçois - Communiqué du 3 octobre 2020

intemperie breil

 

Nos pensées vont aux habitants des vallées de l’arrière-pays et plus particulièrement celles de la Roya, de la Vésubie et de la Tinée durement sinistrées et coupées du monde par des intempéries d’une rare violence ayant frappé le Comté de Nice hier vendredi 2 octobre 2020.
-
Nos pensées vont tout d'abord aux familles des personnes disparues (dont deux pompiers en mission) et à toutes celles et tous ceux ayant perdu leurs biens, emportés ou endommagés par la furie des flots.
-
Nous avons également une pensé pour nos amis Piémontais et nos voisins Ligures eux aussi touchés par la tempête Alex.
-
Nous appelons à la solidarité de tous, dans la mesure du possible, pour apporter une aide aux sinistrés de nos vallées en rejoignant des groupes d’entraide :
-

Statue de Masséna, réaction du Parti Niçois - 20/06/2020

massena portrait

Nous apprenons dans Nice-Matin, qu’un collectif « nostalgiques du royaume des Deux-Siciles », surfant sur les répercussions de l’affaire George Floyd et la mode des déboulonnages de statues, a écrit au maire de Nice, pour demander de déboulonner la statue de Masséna (ou à minima la pause d’une plaque explicative) en raison des crimes et pillages que Masséna et son arme perpétra lors de l’invasion du Royaume de Naples.

Le maire sortant, à bien étendu réagit médiatiquement à cette demande. Nous somme en revanche surpris que ce soit le maire lui-même qui le fasse (le fait que nous soyons en pleine campagne électorale y est peut-être pour quelque chose), car d’habitude il laisse son bonapartiste de service, Gaël Nofri, montrer les dents dès que quelqu’un égratigne le mythe napoléonien et chose étonnante, Mr. Nofri n’a nullement commenté ce courrier.

Christian Estrosi déclarant, selon Nice-Matin : « on ne touche pas à l’Histoire de Nice, elle ne s’efface pas, elle se respecte et se construit ».

Pour une fois nous sommes d’accord avec le maire sortant : « On ne touche pas à l’Histoire de Nice »… ni la retoucher à sa guise non plus, comme cela se fait depuis 1860, afin de la rendre compatible avec le « roman national ».

L’Histoire de Nice « ne s’efface pas et se respecte » … alors n’oublions pas et honorons comme il convient des générations de femmes et des hommes, qui, au fil des siècles ont construit Nice à la sueur de leur front et sacrifiant leur vie pour la défendre y comprit contre les « héros » du « roman national » comme François Ier, Louis XIV ou Napoléon…

Pour en revenir à Masséna ; si nous ne demandons pas le déboulonnage de sa statue, nous souhaitons en revanche rappeler avec insistance les crimes de « l’enfant du pays » sur sa terre natale (que l'article de Nice-Matin n’évoque évidement pas), faisant aussi partie de l’Histoire que cela plaise ou non aux jacobins. Rappeler et insister sur ses méfaits, loin de l’image d’Epinal de l’Histoire officielle, que chacun puisse faire son opinion sur le personnage en connaissance de cause et comprendre pourquoi, encore aujourd’hui, du point de vue nissart, Masséna est toujours mal vu :

II est bon de rappeler que « l’enfant du pays », choisi le camp de la Révolution, peut-être plus par opportunité et cupidité que par conviction (son avidité était telle que Napoléon lui-même du réagir et chercha à calmer son appétit en le couvrant d’or et de titres) et commit des exactions et des pillages sur son sol natal.

Dans son « Histoire de Chateauneuf-Villevieille - Etude sur le Comté de Nice » Jean-Baptiste Martel écrit « le général Masséna, chargé d’occuper la vallée de Lantosque, ne fut pas tendre à l’égard des populations : il n’épargna à ses concitoyens ni les réquisitions de vivres, ni les sommations républicaines. Lantosque, la Bollène, Roquebilière, Belvédère et en premier lieu Levens berceau de sa famille, furent saccagé par ses volontaires. La contrée fut entièrement ruinée et les troupeaux emportés ». Masséna ira jusqu’à couper et brûler les oliviers du Figaret afin de totalement ruiner la vallée. « L’enfant du pays » fusilla nombre de Barbets et était prêt à brûler des villages abritant les résistants niçois comme Saint-Blaise qu’il qualifiait de « repaire de Barbets » ou Levens le village de sa famille. Dans ses correspondances militaires lorsqu’il évoque les combats qu’il menait en Pays Niçois, Masséna qualifiait souvent « d’esclaves » aussi bien ses propres compatriotes niçois défendant leur terre que l’armée régulière sarde…

Symbole ultime de sa traîtrise et de son mépris pour Nice; lorsque l’Empire s’effondra, et que Nice retourna au Royaume de Piémont-Sardaigne ; Masséna, qui était encore légalement sarde, chercha à se faire naturaliser français (rappelons qu’à sa naissance, Nice n’était pas française) allant jusqu’à renier ses origines niçoises et sa ville natale. Son historiographe, Pierre Sabor indique « Quant à Masséna déjà demi-français par sa mère, son pays natal, qu’il avait si peu connu, le laissait indifférent ; il préférait sa patrie d’adoption et avait quitté Nice sans esprit de retour. Plus tard, quand il sollicita de Louis XVIII des lettres de naturalisation il écrivait : « Sire, je suis né à Nice, mais d’une mère française, je suis venu en France à l’âge de trois ans [en réalité à treize ans]. J’ai navigué sur des bâtiments français pendant 2 ans et suis entré au service de terre des armées françaises en 1775. Depuis cette époque j’ai parcouru tous les grades dans la carrière militaire et pour me lier davantage à ma patrie adoptive, j’ai épousé une française en 1784 [en réalité, en 1789]. Enfin, mes trois enfants sont nés en France… »

Quant à sa statue, évidement ce n’est pas un choix des Niçois. Nous le devons à Napoléon III et à son serviteur local François Malaussena, cherchant à créer des « héros » et symboles favorables à la France après l'annexion de Nice, pouvant être honoré par le nouvel ordre établi en 1860 et pour tenter de faire contrepoids, au même moment, à la popularité de Garibaldi.

Ce « culte » de Masséna n’a jamais vraiment pris dans l’inconscient collectif, sauf pour quelques-uns. Au mieux les Niçois étaient indifférents, au pire sa statue servit aux passants pour se soulager jusqu’à devenir un cloaque pestilentiel, au point que les Niçois entre eux appelaient sa statue et je jardin le bordant « lou commun de Massena » [les chiottes de Masséna], ce qui symboliquement, est un châtiment plus terrible encore pour une statue que d’être déboulonnée…

Municipales : Et revoilà Peyrat !

vardon peyrat

Nous apprenons dans le Nice-Matin de ce jour (27/02/2020), que Jacques Peyrat, figurera sur la liste du RN, à la 69e et dernière position, lui qui, il y a quelques mois, déclarait qu’il ne se représentera pas « ni dernier, ni tête de liste », retourne donc vers sa famille politique, qu’il quitta il y a 25 ans afin de maximiser ses chances d’être élu maire en 1995…

Ce n’est pas la première fois que J. Peyrat et P. Vardon s’associent. En 2011, lors des cantonales, celui qui était encore le chefaillon du groupuscule identitaire s’était allié avec le maire battu.

Cette alliance, entre le groupuscule identitaire de Vardon et « l’Entente Républicaine » de Peyrat qu’il  qualifiait comme un… « parti niçois » (?!) était justifié selon Vardon en 2011 par un rassemblement de ces deux « mouvements politiques « niçois » loin des équilibres et alchimie des partis politiques nationaux qui sont plus attentifs à ce qui se passe à Paris qu’ici ». Donc de l’aveu même de Vardon ; le parti qu’il représente aujourd’hui, étant un de ces « partis politiques nationaux», n’a donc rien à faire de Nice et des Niçois mais seulement plus « attentif à ce qui se passe à Paris » !

Nous avons donc aujourd’hui un Philippe Vardon, tout fier, comme déjà en 2011, d’avoir Jacques Peyart à ses côtés, trouvant d’ailleurs « injuste - et assez inélégant - que son successeur n’ait jamais daigné lui rendre le moindre hommage pour le travail accompli »

Et c’est bien la première fois que nous donnons raison à Philippe Vardon, rendons donc à César ce qui est à César : car c’est à Jacques Peyrat que l’on doit d’avoir initié la bétonisation de la plaine du Var. En effet comme le rappela l’ancien maire dans une interview en 2019 ; « l’OIN Plaine du Var : c’est moi qui l’ai lancée ! » (Nice-Matin 12/09/2019)

En 2011, lors de son alliance avec Vardon, Jacques Peyrat précisait même : « Je crois que le devenir de Nice se fera ici [la Plaine du Var], dans ce territoire où sont réunis les organes de contrôle administratif, la Plaine du Var où se réalisera l’Opération d’Intérêt National dont je revendique la paternité à l’époque du Gouvernement Raffarin […] Il sait très bien [Estrosi] le positionnement stratégique et vital de ce territoire pour le développement de Nice dans la perspective future d’une capitale régionale ». (Nice-Premium 13/01/2011). À absolument vouloir revendiquer la paternité de ses réalisations, Jacques Peyrat, de manière indirecte, rend parfaitement légitime  tout ce que Christian Estrosi est en train de faire dans la Plaine du Var…

Donc rendons à Peyart ce qui est à Peyrat. Merci ! Merci monsieur le maire d’avoir donné le top départ du bétonnage massif de la Plaine du Var que dénonce en cœur aujourd’hui, tous les opposants à C. Estrosi…y compris votre allié du moment, Philippe Vardon, qui au passage s’est découvert une conscience écologique et un intérêt soudain pour la plaine du Var depuis qu’il est candidat….

Communiqué du Parti Niçois - Partit Nissart, 27 février 2020