Elections municipales à Nice : analyse avant le 1er tour de Julien Llinares

Le Parti Niçois ne présentera pas de liste pour les Municipales à Nice. A défaut d’être présent dans les urnes, je donnerai mon analyse des candidats sur la question de l’identité niçoise après avoir étudié les professions de foi envoyées aux électeurs ainsi qu'aux programmes disponibles sur le site internet de chaque candidat; alors en matière d'identité niçoise et d'intérêt du Pays Niçois qui fait quoi ?

vardon skin fn

Philippe Vardon : vous savez ce que je pense de cet individu. Nous avons assez dénoncé avec feu Alain Roullier-Laurens et le Parti Niçois, la supercherie identitaire diabolisant notre identité dans le seul but de s’en servir comme marche pied pour pouvoir rejoindre le RN (ex-FN). Parti ultra-jacobin farouchement hostile aux langues et identités régionales, ainsi qu’à toute forme de régionalisme ou de fédéralisme, vu comme du « communautarisme » ; mettant ainsi dans le même sac islamisme et défenseurs des identités locales. Une ligne politique décrédibilisant les propositions du candidat. Le RN (ex-FN) dont la présidente, en recrutant Vardon avec le passé qu’on lui connait démontre surtout que sa « politique de dé-diabolisation » n’est que du vent …

kandel estrosi

Benoît Kandel : Pur produit du « sytème Estrosi » qu’il « dénonce » aujourd’hui et dont il a largement bénéficié des avantages en tant que premier-adjoint du un quasi mandat. Le programme se résumant à la création d'un « musée de la Côte d'Azur », terme touristique dont les nissart ne se reconnaissent pas. Le fait qu’il soit maintenant investit par DLF, le parti de Dupont-Aignan, résolument anti langue régionale (comme sa grande sœur idéologique Marine Le Pen) démontre  que sa « Nice pour tous » exclue les véritables défenseurs de l’identité niçoise. Il semble surtout être prêt à tout pour s’accrocher à son fauteuil de conseiller municipal ; je ne serai donc pas surpris, selon le résultat du 1er tour, de le voir s’allier… avec Vardon …

Quant à l’UPR, du très jacobin et fantasque Asselineau (hostile aux langues régionales car il y voit une sorte de « complot » afin de dissoudre la France), de l’aveu même de sa candidate locale, veut transformer les élections municipales en scrutin national contre Macron. Preuve que l’UPR voit Nice comme une ville lambda, qui ne mérite pas qu’on s’attarde sur ses problèmes propres à son territoire.

« Viva ! », liste rassemblant l’extrême-gauche (à l’exception de Lutte Ouvrière ayant fait bande à part), qui non seulement en plus de récupérer l’image de Garibaldi (comme les identitaires avec Ségurane) en amalgamant sa chemise rouge à la couleur politique de l'extrême-gauche, cautionne la théorie ubuesque des occitanistes et de « Nice occtiane » au sein d’une « grande Occitanie » imaginaire, en proposant « une grande fête occitane à Nice ». La liste menée par le parti de J-L Mélenchon qui est particulièrement hostile à la charte européenne des langues régionales (comme ses alter-ego d’extrême-droite) estimant qu’elle « nuit à l'unité et à l'indivisibilité de la République » et avait comparé les écoles Diwan (enseignant le breton) à une « secte ».

Patrick Allemand, où l’identité niçoise est quasi absente de son programme.

Jean-Marc Governatori avec une liste d’union des écologistes. Si je trouve son programme en matière de défense de l’environnement plutôt bon (je salue d’ailleurs la présence dans cette liste de personnes qui ont étaient en première ligne dans la lutte contre le bétonnage de la plaine du Var) je regrette de ne voir dans sa profession de foi, aucune référence à l’identité niçoise…

estrosi

Enfin, le maire sortant Christian Estrosi ; son bilan pas besoin d’en parler tout le monde le connait et peut le juger. Cependant une remarque ; Christian Estrosi a su, pour une fois, trouver quelqu’un à la hauteur pour s’occuper du patrimoine et de l’identité niçoise, en la personne de Jean-Luc Gag, qui je dois le reconnaître a fait le job dans son domaine (avec les limites d’un élu local et les contraintes que imposées par l’Etat)

Ceci peut expliquer peut-être que le programme d’Estrosi en matière de patrimoine peut être intéressant : comme par exemple la création d’un service municipale spécialement dédié aux traditions et à l’identité niçoise (on se demande bien pourquoi Estrosi ne l’a pas fait dès son premier mandat) le retour de la Castellada au Château ou encore la création d’une « carte citoyenneté niçoise » qui attire ma curiosité (qui n’est pas sans rappeler « la carte d’identité niçoise » de feu Alain Roullier-Laurens) MAIS évidemment toutes ses propositions, sont pour l’instant à l’état de promesses et sont soumises à la volonté du maire sortant, de les concrétiser s’il est réélu…déjà qu’Estrosi traine des pieds pour inaugurer une rue des Barbets mais en parallèle inaugure en grande pompe des allés Pasqua, cours Chirac ou quai Napoléon à la vitesse de l’éclaire…

Et je ne parle même pas d’autres membres du conseil municipal aux déclarations nuisibles pour l’identité niçoise :

Je pense notamment à Gael Nofri, changeant de parti comme de chemise, « interpellé » qu’on donne un nom de rue aux Barbets mais excité comme un gosse lorsqu’il s’agit de célébrer Napoléon dont les soldats traquèrent les Barbets !

Je pense à la sénatrice Dominique Estrosi-Sassone tenant des propos à peine croyable sur la charte européenne des langues régionales, digne du RN…alors qu’à l’inverse, l’ex-député Rudy Salles (quittant lui l’équipe Estrosi) en comparaison des déclarations d’Estrosi-Sassone, prenait une position plutôt « positif » sur les langues régionales à l’assemblée nationale…

Voilà ce rapide tour d’horizon des candidats sur la question du particularisme niçois, maintenant vous êtes libre de vos choix, mais aussi libre de ne pas choisir, de voter blanc ou mettre par exemple un bulletin de protestation spécialement conçu par le site Libera Nissa

Car ayez bien à l’esprit une chose, n’imaginez pas trouver un « messie » parmi les candidats pour changer votre vie en profondeur. Ayez bien à l’esprit que la quasi-totalité des candidats présents en lice sont, de fait, les porte-paroles des partis parisiens. Les candidats eux, auront beau « nissardisé » leur discours (avec plus moins de sincérité) autant qu’ils le veulent, les partis qu’ils représentent, eux en ont rien à faire de Nice au mieux, méprise notre ville au pire !

Pour ces partis, Nice n’est qu’un point sur une carte, le seul intérêt des élections locales : qu’elles soient municipales, départementales, régionales, ce n’est pas le bien être des habitants ou résoudre les problèmes locaux ; les élections locales ne sont en réalité pour eux que de vulgaires données statistiques pour leur cyniques calcul politiciens afin de pouvoir, depuis leur QG à Paris, le soir des élections à 20h, proclamer sur toutes les chaînes TV nationales qu’ils sont « la première, deuxième ou troisième force politique de France » en comptant le nombre d’élus obtenus pour les parrainages nécessaires à la présidentielle…voilà le seul intérêt des partis parisiens pour ces élections.

Les candidats eux, peuvent décliner leurs programmes à toutes les sauces, vous parler autan qu’ils veulent de sécurité, d’éducation, de fiscalité ; leurs programmes sont en grande partie inapplicable tant que les territoires ne sont pas réellement autonomes politiquement et financièrement, et ce n’est pas demain la veille qu’on verra un parti parisien remettre en cause ce système centraliste, gardant jalousement ses compétences régaliennes ! Et aucun candidat actuellement candidat à la mairie de Nice n’osera critiquer la tutelle parisienne (et marseillaise par l’intermédiaire de la région)

Aucun candidat investi ou soutenu par un parti parisien (c’est-à-dire tous) aura la volonté de dire « Non » à Paris et dénoncer ce modèle obsolète, aucun candidat à réellement la volonté de créer un rapport de force nécessaire avec la capitale et la région afin de défendre et faire respecter l’intérêt des Niçois, pour cela il faut avoir un certain courage et ne pas avoir un esprit de soumission mais n’est pas Garibaldi ou Médecin qui veut…

Julien LLINARES, Président du Parti Niçois-Partit Nissart

 

bulletin

Les "propositions" de Vardon pour une Nice "fière" ? vraiment ?

Communiqué du Parti Niçois du 3 janvier 2020

titre vardon nice fier

Dans un article de Nice-Matin du 1er janvier 2020, nous pouvions lire les propositions de Philippe Vardon, candidat RN à la mairie de Nice, concernant « sa vision » de l’identité niçoise pour une « Nice fière » :

Il veut notamment « permettre à tous les petits nissarts de s’approprier traditions, histoire, langue, architecture, arts et gastronomie du pays niçois ».

Pour le moins que l’on puisse dire, nous avons droit à des propositions se tenant au minimum syndical... de la part d’une personne qui pendant des années se faisait passer pour un « grand défenseur » du particularisme niçois ou plutôt se servait de notre culture à des fins politiciennes (et de la pire manière qui soit), pervertissant la notion même « d’identité » et salissant, par un amalgame délibéré, le juste combat de nombreux Niçois pour l’identité du Comté….au point qu’on avait surtout honte pour Nice plutôt que d’en être « fier ».

Nous restons assez dubitatif, à la volonté de Vardon de sincèrement « permettre aux petits nissarts de s’approprier » leur langue ou leur tradition, quand on connaît la doctrine ultra-jacobine du parti qu’il représente : un parti niant jusqu’à l’existence des particularismes locaux et voyant la moindre petite revendication « régionaliste » (notamment sur les langues régionales, en s'opposant par exemple, systématiquement à la charte européenne des langues régionales) comme un « communautarisme » ou une « balkanisation de la France » menaçant « l’unité de la République ». Une ligne politique à laquelle Vardon s’est plié sans broncher et sans condition, niant être « régionaliste » ou « séparatiste » afin de pouvoir adhérer au parti de Marine Le Pen ; alors qu’il construisit toute son image politique sur l’amalgame entre son groupuscule dit « identitaire » et le courant régionaliste niçois…

De la même manière, on se demande quelle Histoire « les petits nissarts » vont pouvoir s’approprier alors que le RN est un défenseur acharné d'un nationalisme révisionniste, réécrivant l’Histoire, (surtout locale) afin de coller au mieux au « roman national » et au mythe d’une « France éternelle » idéalisée et fantasmée, comme le faisait Vardon jadis, lorsqu’il « honorait » Ségurane contre les Turcs lors du siège de 1543 mais « oubliant » de parler de la participation active de la France, alliée des Turcs dans ce même siège…

Vardon propose ensuite d’ouvrir « un musée à la mémoire de l’Algérie française et des rapatriés » : Nous somme, ici, dans la droite ligne des thèmes chers du FN : l’instrumentalisant de la nostalgie du colonialisme, dans le seul but d’exploiter électoralement la blessure de toute une communauté. Comment ne pas voir alors autre chose, dans la proposition de Vardon, que l’application stricto sensu de la ligne de son parti et qui n’a pas sa place dans les enjeux locaux d’une élection municipale

De plus, cette proposition de faire à Nice, un musée à la gloire du colonialisme, ne peut qu’être vu comme une provocation pour des Nissart, considérant leur terre comme le dernier pays colonisé par la France.

Plutôt que d’entretenir cette nostalgie dans un but purement électoraliste (lorsque le dernier Pied-Noir rapatrié en 1962 aura disparu ; nous pouvons être sûr que « la nostalgie de l’Algérie française » ne fera plus partie des « thèmes favoris » du RN) on devrait plutôt mettre en avant la nouvelle patrie que les Pieds-Noirs trouvèrent à Nice… alors qu’à cette époque, ailleurs dans la « France éternelle » du RN, ils étaient rejetés par leurs propres compatriotes…