Lettre du président #07 - 07/07/2019 - Hommage à Torrin et Grassi

Lettre du président #07 - 07/07/2019

Il y a 75 ans, le 7 juillet 1944, les résistants Séraphin TORRIN et Ange GRASSI, furent pendus par les nazis aux réverbères de l’Avenue de la Victoire (actuelle Avenue Jean Médecin) sous les yeux horrifiés des niçois.

Comme les fusillés de St-Julien-du-Verdon quelques semaines avant eux, comme les fusillés de l’Ariane quelques jours après eux, comme les résistants tombés en libérant Nice le 28 aout : le martyr de Torrin et Grassi s’inscrit dans la tradition de résistance des habitants du Comté de Nice

Le sang versé des maquisards sur notre terre sacrée, rejoint celui versé par les Barbets, les victimes et héros qui au cours des siècles, ont dû faire face aux sièges, invasions et occupations émaillant l’Histoire du Pays Niçois.

Ne les oublions pas.

torin et grassi

« Menaces sur le patrimoine naturel du plateau de Dina » l'appel du maire de Rigaud

fonseca

La transition  vers les énergies renouvelables, ne doit pas se faire au détriment de nos paysages et de nos montagnes encore préservée, le Parti Niçois apporte tout son soutien à Jean-Marc Fonseca, maire de Rigaud pour la préservation du plateau de Dina

 « Le plateau de Dina constitue un patrimoine naturel et touristique d’une importance considérable pour plusieurs communes.

Il est situé dans une zone préservée par les réglementations de la loi montagne. Il est inclus dans la zone périphérique de la Réserve Internationale de Ciel Étoilé. Toutes les années depuis 1991, il accueille la Nuit des Etoiles, une manifestation, qui rassemble plusieurs associations d’astronomie, et un nombreux public de passionnés venu des villes de la côte.

Il s’avère aujourd’hui qu’EDF a un projet démentiel d’y installer une Centrale Photovoltaïque de plusieurs hectares.

Et bien sûr comme d’habitude les propagandistes d’EDF (comme pour Linky) mentent en affirmant : « Zone d’étude hors protections réglementaires patrimoniales paysagères et environnementales. »

N’en pihan per di mendigas o de niocchous (Cette spécialité culinaire que l’on roule dans la farine.)

Un petit mur et un escalier pour mettre en valeur la chapelle St julien.

7600 Euros pour la Commune, 360 000 Euros pour la CCAA, 335 000 Euros pour le Département et 43 000 Euros pour la Région. Une façon d’acheter par le gain une certaine classe politique.

Des annonces d’intéressement financier, pour la Commune de Puget-Rostang et les actuels propriétaires. Mais il n’est pas question de se laisser faire, pas plus par EDF que par d’autres.

Sinon, vous avez aimé le Larzac, vous avez aimé Plogoff, vous avez aimé Sivens et Nd Dame des Landes, vous aimerez DINA.

J’appelle donc toutes les associations de randonneurs, les associations de naturalistes, les associations d’entomologistes, les associations d’astronomie, à se mobiliser et à mobiliser leurs membres pour nous aider à faire échouer ce projet. »

Jean-Marc FONSECA

Maire de Rigaud.

Notre Dame : une subvention pour Nice plutôt que pour Paris !

La Métropole Nice Côte-d’Azur, le 20 mai, a voté une subvention exceptionnelle de 544.819 euros (1 euro par habitant de la Métropole) pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Avec près d'un milliard d’euros, venant en grande partie de dons privés (des experts estiment d’ailleurs que la moitié de cette somme suffirait à reconstruire le toit) Notre-Dame peu donc largement se passer des 500 000€ du contribuable niçois et métropolitain.

En revanche chez nous, on aurait bien besoin de cette somme, surtout dans les petites communes de montagnes qui ont de plus en plus de mal à boucler les budgets et à trouver les moyens pour restaurer et entretenir le patrimoine des villages.

De nombreuses collectivités en France, ayant initialement promis de verser une aide pour Notre-Dame, au vu des dons énormes récoltés, se sont finalement ravisées préférant garder l’argent de leurs administrés pour sauver le patrimoine local en grand péril restant dans l’ombre médiatique de Notre-Dame. Christian Estrosi, lui une fois n’est pas coutume, fait le choix de Paris plutôt que de se tourner vers ses propres administrés.

cathedrale notre dame

L'académie de Nice évite la fusion (pour l'instant)

logo pn nouveau 1

Nous apprenons aujourd’hui, la décision du ministre de l’éducation nationale, de renoncer au projet de fusion des rectorats en 2020 ; l’académie de Nice évite donc la fusion avec celle d’Aix-Marseille.

Nous nous réjouissons bien évidemment de cette annonce.

Si pour l’instant notre académie reste niçoise, notre cours d’appel reste marseillaise et notre centre de tri postal est toulonnais depuis l’année dernière. Les Niçois doivent continuer de revendiquer la réappropriation de leurs institutions et de leurs droits confisqués depuis 1860.

Les vœux Marseillais du maire de Nice

photo voeux

Vendredi 18 janvier, avait lieu la cérémonie des vœux de Christian Estrosi à Acropolis, accompagné de Renaud Muselier, président de la région SUD-PACA.

Messieurs Estrosi et Muselier, vantant d’une même voix cette région artificielle (qui n’est pas et sera jamais celle des Niçois), se réjouissant d’une « équité » enfin rétablie entre Nice et Marseille qui n’existait pas chez leur prédécesseur Michel Vauzelle.

Il est vrai que les rôles sont très « équitables » entre notre ville et notre rivale de toujours :

Marseille a les avantages que lui offre le statut de capitale régionale, Nice à les inconvénients d’être à la seconde place.

Marseille jouit de toutes ses institutions et infrastructures, tandis que Nice ne fait que perdre les siennes depuis qu’elle est devenue française !

En plus d’avoir « équitablement » perdu la cour d’Appel en 1860, Nice a perdu son centre de tri postal, délocalisé à Toulon depuis 2018 et c’est de manière tout aussi « équitable », que Nice verra son académie « fusionnée » avec celle d’Aix-Marseille en 2020.

Mr Estrosi, fustige Michel Vauzelle aujourd’hui mais vanta sa politique régionale hier : en 2008, quelques mois après avoir été élu maire de Nice, il signait un protocole d'accord avec M. Vauzelle vu comme un « mariage entre Nice et Marseille » ; il déclarait alors « quelles que soient nos différences, le président Vauzelle a toujours utilement travaillé pour le bien-être de notre région sans jamais oublier que Nice en était totalement partie intégrante […] la veille tentation du séparatisme n’a plus lieu d’être ».

Le tandem Estrosi-Muselier n’a cessé de rappeler pendant leurs vœux, combien ils firent mieux pour Nice que leur prédécesseur mais restèrent silencieux sur ce que Nice perd, aujourd'hui encore, au profit de la Provence. Ce dont Nice a vraiment besoin, ce n’est pas de quelques mesures ou subventions créant une dépendance des Niçois à Marseille ; ce dont Nice a vraiment besoin, c’est de s’émanciper et reprendre ce qu’on lui a spolié depuis 159 ans et plus encore !

Nice a les atouts d’une capitale régionale, mais tout est fait, indifféremment de la couleur politique à la tête de la région, pour en faire une banlieue lointaine de Marseille, pour la simple raison que cette région artificielle ne peut pas abriter deux villes importantes en perpétuelle rivalité, il y a forcément un gagnant et un perdant ; tant que le Comté de Nice ne s’émancipera pas de la Provence, les Niçois seront toujours les perdants…

« La région ne nous apporte rien, ne nous a jamais rien apporté. Elle ne sert à rien et ne servira à rien demain […] la capitale régionale éloignée et qui administre tout, ça ne marche pas » Christian Estrosi, 30 décembre 2014.

-

 

NON aux fermetures des gares Tende, Sospe,l La Trinité, Garavan, Carnoles, Villefranche/mer

ligne nice cuneo

Nous partageons ici le communiqué et la pétition du Comité Franco Italien pour la sauvegarde de la Nice Cuneo Ventimiglia

« Mesdames et Messieurs, ami-es, allié-es,

Nous venons d’apprendre une très grave décision concernant notre ligne de train Nice-Cuneo-Ventimiglia.

 En effet les gares de Tende - Sospel - La Trinité - Garavan - Carnoles et Villefranche sur Mer fermeront définitivement au 1e décembre 2018! Cette décision est purement inacceptable.   En effet, depuis des années, nous demandons une amplitude  des horaires d'ouverture plus importante, et voilà qu'on ferme l’accueil des clients, l'information et la vente sans aucun respect pour les usagers et les salariés en responsabilité dans ces gares. Comment envisager par exemple en gare de Tende des voyageurs sans information par tous les temps, en plein hiver en particulier ?  

De plus, la SNCF nous a mis, à force de ralentissements et de travaux, en catégorie "très petite ligne", alors qu'il ne tiendrait qu'à elle-même que cette catégorie évolue!  Laisser les trains rouler à plus de 40km/H comme cela doit être possible suite aux 25 millions d’euros de travaux réalisés. Mettre les moyens nécessaires en personnel et en matériel pour éviter les retards et suppressions de trains. Ouvrir la ligne au fret et, notamment au transport du ciment. Et la ligne redeviendrait ce pourquoi elle a été construite, une ligne à la fois internationale et indispensable à ses riverains dont la région devrait s'enorgueillir.

A l'heure où nos classes ferment les unes après les autres, nous n'accepterons pas que ces parents que sont les agents SNCF, que ces salariés, qui ont acheté et construit leurs vies ici, partent sans la moindre considération, car nous avons à cœur que, autour de notre ligne de vie, la vie, tant sociale qu’économique, s'épanouisse.

En espérant votre soutien total, nous vous tiendrons informé des actions à venir et comptons sur vous pour relayer la pétition en attendant »

 

LA PETITION ICI

 

 

 

 

Prison dans la vallée du Paillon, le Parti Niçois soutien les habitants et les élus

petition prison

Le Parti Niçois soutien les habitants et élus de la vallée du Paillon refusant d'envisager, l'idée même, d'installer la nouvelle prison de Nice dans la vallée, idée saugrenue distillée par la Garde des Sceaux en expliquant "réfléchir"  à l'éventualité de l'implanter sur le plateau Tercier entre La Trinité et Drap.

 

Nous partageons ici la pétition

 

"En visite dans les Alpes-Maritimes, Madame Belloubet, Garde des Sceaux, vient d’annoncer que le plateau Tercier, à cheval sur Drap et La Trinité, fait partie des sites envisagés pour la construction d’une nouvelle prison dans les Alpes-Maritimes.

Ce projet sorti du chapeau de Madame la Ministre de la Justice sans même avoir daigné prendre l’avis des élus concernés fait suite à ceux de Cantaron, Chateauneuf-Villevieille et de Blausasc qui, il y a quelques années, avaient été unanimement rejetés par les élus et les populations des Paillons.

Au moment où les habitants des Paillons affrontent de grandes difficultés de circulation, cette annonce relève d’une totale irresponsabilité et constitue une véritable provocation.

Les Maires soussignés appellent les habitants des Paillons à se mobiliser pour tenir en échec ce projet qui, outre son impact négatif sur la vie et les activités de la vallée, aboutirait à la destruction d’un riche patrimoine faunistique et floristique de la Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique du plateau Tercier.

Les Maires des treize communes du Pays des Paillons : Joël Gosse, Maurice Lavagna, Michel Lottier, Monique Giraud-Lazzari, Gérard Branda, Edmond Mari, Francis Tujague, Robert Nardelli, Pierre Donadey, Michel Calmet, Jean Marc Rancurel, Cyril Piazza, Noël Albin."

La région "PACA" devient "Sud", rien ne change pour les Niçois !

sortons de la paca

La « marque » Région Sud est officiellement lancée et remplacera progressivement le terme « PACA ».

Que cette région s’appelle « Provence Alpes Côte-d’Azur » ou « Sud » ou encore « Provence », rien ne change pour le Pays Niçois qui reste toujours enchaîné à Marseille.

Que ce soit « PACA » ou « Sud », nous sommes toujours privés de Cours d’Appel supprimé depuis 1860. Que ce soit « PACA » ou « Sud » nous perdons cette année notre centre de tri postal déménageant à Toulon. Nos institutions et infrastructures nous sont confisquées au profit de cette région qu’elle s’appelle « PACA » ou « Sud ».

Quel que soit son nom, cette région reste une entité artificielle qui par sa seule existence gomme progressivement le Pays Niçois et son identité…

« PACA » ou « Sud » ou « Provence », cela ne change rien au sentiment partagé par un grand nombre de Niçois ne se reconnaissant pas dans cette région. Cela ne change pas non plus notre volonté de nous soustraire de la tutelle de Marseille et de militer pour l’émergence d’une véritable collectivité territoriale propre au Pays Niçois, détachée de la Provence, prenant en compte le fait culturel, historique et dans le propre intérêt des Niçois.