Consigne de vote pour le second tour des présidentielles

logo parti nicois-partit nissart

Voter pour l’un des deux finalistes de la présidentielle française revient uniquement à choisir la couleur des chaînes de Paris entravant le Pays Niçois, le problème ne change en rien : L’un ou l’autre, cela reste des jacobins voulant toujours maintenir le Pays de Nice enchaîné !

Comme pour le premier tour, nous appelons à voter blanc.

 

 

 

Présidentielle 2017 : consigne du vote du Parti Niçois

logo parti nicois-partit nissart

Le système électoral « démocratique » des présidentielles nous laissant comme toujours le choix entre plusieurs nuances de centralisme ; le Parti Niçois appelle à voter blanc*.

A tous ceux, sensibilisés à la sauvegarde des particularismes régionaux ou à la cause régionaliste ; nous les mettons en garde   face à la tentation des populismes qui sont les pires des jacobins.

Sachez-le : dans la sphère ultra-jacobine allant de Le Pen à Mélenchon en passant par Dupont-Aignan et autres Asselineau : la défense des langues et cultures régionales est vue comme une menace !

Sachez-le : pour le FN, par exemple, l’emploi du mot  « communautarisme » s’applique aussi aux défenseurs des langues régionales ! Dans l’esprit du FN : Bilinguisme et « Burkini » vont dans le même sac !

Sachez-le : la Charte européennes des langues régionales et minoritaires, seul traité permettant de protéger et favoriser nos langues est une cible des Le Pen, Mélenchon, Dupont-Aignan et autres Asselineau ! Cette Charte serait selon eux le «triomphe du communautarisme», instaurant la «balkanisation de la France» voire carrément une conspiration qui « disloquerait la France » rien que ça !

Sachez-le : la haine de toute forme de régionalisme est si grande que Marine Le Pen promet de purement et simplement « supprimer les régions et les intercommunalités» pour revenir à un jacobinisme des origines comme à la révolution :

Si pour les Niçois la disparition de la PACA ne changerai rien, cela aura de graves conséquences pour la Bretagne, la Corse ou encore le Pays Basque qui bénéfice de sa propre collectivité depuis le 1er janvier 2017 sous la forme d’une communauté d’agglomération. Supprimer les intercommunalités, notamment rurales, serait également préjudiciable pour les petites communes.

De telles suppressions ne feront qu’accentuer le sentiment d’injustice, de défiance envers Paris et d’entretenir dans certaines régions les velléités séparatistes tant critiquées par les jacobins, voir selon les degrés d’exaspération, à un retour du séparatisme clandestin et armé !

En réalité, l’opposition farouche des partis parisiens, surtout des extrêmes, à la défense des langues régionales ou à toutes formes de régionalisme n’a pas pour but de « défendre l’unité de la république », mais a pour but de maintenir leur propre pouvoir sur « la province » par le maintien de ce centralisme forcément antidémocratique. S’il est indéniable que la France que l’on connaît s’est construite autour de ce centralisme parisien, rien ne l’oblige à continuer sur cette voie. Ce ne sera ni le régionalisme, ni le fédéralisme ni même le séparatisme qui emmènera le pays vers sa dissolution ; mais l’obstination de quelques-uns, parmi lesquels les candidats déclarés « antisystèmes » ou « révolutionnaires », à vouloir conserver un système archaïque et à bout de souffle pour leur propre intérêt.

*Pour voter blanc nous rappelons qu’il suffit de ne glisser aucun bulletin dans l'enveloppe, donc la laisser vide, ou de glisser un bulletin vierge du même format que les bulletins officiels dans l’enveloppe.

Attentat de Nice : le deuil et la colère !

Communiqué du Parti Niçois – 26 juillet 2016 :

ATTENTAT NICE

Le Parti Niçois a refusé de communiquer jusqu’à présent par décence à l’égard des familles et des proches des disparus, par respect du deuil national, tout simplement parce que nous sommes des Niçois affectés par un évènement dont on ne réalise toujours pas qu’il ait pu se produire chez nous. Refus de communiquer enfin parce nous n’avons pas l’habitude non plus de réagir à chaud en spéculant sans aucune autre information ni vérification.

Dans l’histoire de notre ville, le 14 juillet 2016 sera marqué à jamais du sceau de l’infamie.

Nissa la Bella, notre coin de paradis est devenu un enfer ce soir-là.

Nous sommes tous touchés directement ou indirectement par cet acte odieux, qui a l’heure actuelle, a entraîné la mort de 84 innocents, dont 10 enfants et blessant des centaines d’autres. Nous connaissions tous quelqu’un de près ou de loin présent ce soir-là. Le peuple niçois sera marqué à jamais et touché au plus profond de sa chair par cette ignominie. L’horrible réalité d’un monde en proie à la folie et à la barbarie a fini par nous rattraper et nous payons d’un seul coup les mauvais choix faits depuis des décennies, par le pays qui nous a annexés jadis. Indiscutablement il y aura pour nous tous un « avant » et un « après » 14 juillet tel un 11 septembre niçois.

Nous sortons aujourd’hui de la retenue et du silence imposé le temps du deuil, pour laisser place au temps de la colère. Deux semaines se sont écoulées depuis la tragédie et si nous devions résumer en un mot ces 2 semaines, ça serait le mot « lamentable !».

« Lamentable »  de voir tous les partis politiques parisiens et les médias se repaissant déjà des victimes gisant encore sur la Prom' dans une incroyable hystérie politico-médiatique donnant envie de vomir alors que nous comptions encore les morts et attendions dans l’angoisse d’avoir des nouvelles de nos proches durant les heures suivant l’attentat. 

« Lamentables » ces mêmes politiciens n’ayant fait preuve d’aucune retenue et incapables de se taire le temps du deuil national par respect pour les victimes. Ils n’ont même pas été capables de respecter 3 malheureux petits jours de décence !

« Lamentables » toutes ces polémiques habilement orchestrées et alimentées chaque jour pour permettre aux politiciens d’occuper l’espace médiatique, en exploitant et instrumentalisant l’émotion, jouant à cette pitoyable partie de ping-pong entre l'État et la Mairie se renvoyant la balle des responsabilités pour essayer de se dédouaner l'un comme l'autre alors qu'ils sont conjointement responsables.

« Lamentable » spectacle de crêpage de chignon électoral révélant la totale médiocrité de toute la classe politique française tout bord confondu, ils sont juste bons pour se montrer mais n'ont véritablement ni la dignité, ni la hauteur, ni la grandeur de vrai chef d'État dont on aurait besoin en des temps troublés...

Ces querelles de politiciens aux arrière-pensées évidemment électoralistes à moins d’un an des présidentielles et des législatives, viendraient presque à rendre anecdotique le carnage de Nice !

Oui, on peut l’affirmer lorsqu’on regarde tout ce cirque politique, que les victimes ont été reléguées au second plan ! En tant que Niçois nous avons été particulièrement touchés et émus par les messages de soutien et d’hommage adressés aux Niçois venant du monde entier, pendant les querelles permanentes des politiciens. Seules les victimes d’attentats (comme les soutiens venant de Sousse en Tunisie ou encore New York) peuvent comprendre ce que les Niçois traversent ; la douleur n’a ni nationalité, ni religion !

Avec de tel(le)s politicien(ne)s tourné(e)s uniquement vers leurs intérêts personnels, ne se remettant ni en cause, ni le système à l’origine de notre malheur, aucun avenir ne sera possible.

Une grande introspection devra être nécessaire à tous les niveaux. Le Parti Niçois fera une analyse plus poussée lors d’un prochain communiqué, lorsque la colère fera place à la réflexion…

Nous adressons nos condoléances aux familles des victimes. Nous présentons notre soutien moral à l’ensemble des personnes blessées ou choquées.

Pour toutes les Niçoises et tous les Niçois traumatisés voyant leur confiance en l’avenir s’ébranler et la psychose s’installer, nous leur disons ceci : s’il faut devenir vigilant à ce qui nous entoure cela ne doit pas nous empêcher de vivre chez nous comme nous l’avons toujours fait et de redresser la tête. Nous devrons montrer la capacité des Niçois à réagir dans les pires moments en maintenant l’ensemble des activités quotidiennes et notre mode de vie. Nous sommes Niçois et fiers de l’être !

Notre ville est l’une des rares à avoir rejeté l’obscurantisme de l’Inquisition refusant qu’elle installe ses buchers chez nous, alors nous ne céderons pas face à d’autres obscurantismes. Nous sommes le peuple de Ségurane, de Garibaldi, des Barbets et des résistants ayant chassé les nazis de Nice ! Nous avons connu des guerres, des invasions et des occupations. Nous nous sommes toujours relevés de tous nos malheurs et avons fait preuve de force et de détermination contre l’adversité et la barbarie.

Viva Nissa !

Parti-nicois[1]

 

Election municipale partielle à Rigaud

rigaud

Le Parti Niçois apporte son soutien à Jean-Marc Fonseca, président du Mouvement Citoyen du Pays Niçois et candidat aux élections municipales partielles de Rigaud qui se tiendront les 19 et 26 juin prochains pour le renouvellement de trois sièges au conseil municipal.

En dehors de toutes étiquettes, Jean-Marc Fonseca, a pour seule ambition de redonner aux résidents des communes rurales le pouvoir de décision, la défense du cadre de vie, de l’environnement et des traditions du haut pays auquel il est attaché.

Pour votre commune votez et faites votez Jean-Marc Fonseca le 19 juin prochain.

Aménagement du château : exigeons l'implication citoyenne directe !

La polémique sur le projet d’aménagement de la colline du château voulu par celui qui est encore maire de Nice prend de l’ampleur, les services de communication se démènent comme ils peuvent pour essayer de désamorcer cette colère grandissante. Après la création d’un comité de pilotage, le maire annonce que les Niçois seront « consultés » en donnant leur « avis » au forum de l’urbanisme mais ce n’est pas suffisant ! Les Niçoises et Niçois doivent être véritablement impliqués dans le projet, ne plus être spectateurs mais véritablement acteurs !

Il n’est plus possible, sur un tel projet de mettre de côté les citoyens et contribuables, qui payeront les travaux, majoritairement hostiles aux atteintes à la particularité, au charme et à l’identité du lieu. Trop longtemps, les Niçoises et les Niçois ont été écartés de tout pouvoir décisionnel sur les grands projets payés pourtant de leur poche !

Le fameux comité de pilotage composé exclusivement d’élus (majorité et opposition confondues) ne calmera en rien la fronde grandissante. La seule solution est d'exiger que la société civile puisse lui être associée : citoyens, responsables d’associations et de comités de quartiers puissent être représentés, afin d'assurer une véritable transparence pour contrebalancer  les projets néfastes ou inutiles et apporter des idées neuves et leurs propres visions.

Ensuite seulement on pourra consulter véritablement les Niçois et pas juste un simple avis en allant au forum de l’urbanisme, mais organiser un véritable référendum !

Les Niçoises et les Niçois n’en peuvent plus des travaux transformant en profondeur au point de dénaturer certains lieux qui leur sont chers. Le projet d’aménagement du château est, à la vue de la polémique grandissante, le trop plein qui pourrait faire déborder le vase. Aucun communiqué de la mairie, aucune intervention d’un élu ne permettra de calmer la polémique sans une implication citoyenne directe !

Des travaux de restauration et de réparation : OUI !

Des travaux de transformation radicale : NON !

 


SIGNEZ LA PETITION


 

chateau

Pourquoi la France n’est ni “une” ni “indivisible”!

Nous vous partageons cette excelettente analyse de Roccu Garoby (Président de l’Alliance Libre Européenne Jeune) suite à la victoire des nationalistes corses aux régionales de 2015 et la réaction des jacobins depuis, tirant à boulet rouge sur la Corse.

 

« Depuis la victoire des nationalistes en décembre dernier, il n’y a pas un jour qui se passe sans qu’un journaliste, un chroniqueur, un élu, voire un premier ministre nous rappellent en boucle le dogme prophétique des jacobins: la “République est une et indivisible”. Sauf que c’est faux, preuves historique et juridique à l’appui!

“Une”? Vraiment?

Il suffit de prendre l’exemple du Concordat d’Alsace-Moselle, du Statut spécifique du Fenua (Polynésie Française), de celui de la Kanakie (nouvelle Calédonie), des écoles bilingues Diwan (breton-français), des ikastolas (basques-français) ou des calandreta (occitan-français), du Statut de la Collectivité Territoriale de Corse (bien qu’en “métropole”) pour prouver que la France n’est pas “Une” mais multiple et diverse! Et d’ailleurs, on est en droit de se poser la question : « Comment un jacobin, comme Christophe Barbier, peut-il accepter, au nom de “l’unicité de la République”, de financer, par ses impôts, le salaire d’un prêtre, malgré la loi sur la laïcité de 1905?

Comment un jacobin, comme Jean Luc Mélenchon, peut-il accepter, au nom de “l’unicité de la République”, de subventionner, par ses impôts, le financement d’écoles qui enseignent dans une autre langue que celle expressément nommée dans l’article 2 de la Constitution française? Comment un jacobin, comme Florian Philippot, peut-il accepter, au nom de “l’unicité de la République”, que le reo ma’ohi (ensemble des langues parlées au Fenua) soit mis au même niveau juridique que le français (co-officialité)?

Comment un jacobin comme Jean Pierre Chevènement peut-il accepter, au nom de “l’unicité de la République”, que le droit coutumier kanak (droit civil dérogatoire pour la Kanakie) s’applique, dérogeant au droit français? Si tous ces particularismes existent, c’est bel et bien parce que la France n’est pas “Une” mais multiple et diverse.

“Indivisible”? Vraiment?

Comment peut-on parler d’indivisibilité quand l’Histoire de la France est marquée par l’annexion (de gré ou de force) ou la perte de territoires? Si on considère que la France existe depuis le XIIIème siècle (naissance de l’expression “Roi de France”), sur les 800 dernières années, difficile de voir une quelconque immuabilité des frontières françaises. Au mieux, on peut définir un territoire central (un immense Bassin parisien) qui est de façon quasi permanente sous contrôle de la France, mais sinon les autres territoires ont eu une autre Histoire, tantôt française, tantôt non française. Selon le point de vue d’où on se place, la Corse, la Savoie, le pays niçois, l’Alsace ou d’autres territoires ne partagent ou ne subissent l’Histoire de la France que depuis peu de temps, et encore cela fut, le plus souvent, du fait de conquêtes sanglantes, dirigées contre des peuples vivant pacifiquement sur ces territoires.

Se pose là aussi la question ! Que dit Christophe Barbier du processus d’indépendance en Kanakie? Accepter que puisse se tenir un référendum sur l’indépendance de la Kanakie, c’est accepter potentiellement que l’indépendance d’un territoire de la “République une et indivisible” soit possible! Il faut donc envoyer l’armée pour, non pas truquer le référendum, ça la France le fait déjà, mais pour interdire la démocratie, comme il souhaite le faire en Corse!

Enfin, que disent les jacobins à propos de l’Algérie? Après tout, pendant la période coloniale l’Algérie était “départementalisée” et il y avait 3 départements français. J’imagine que Jean Luc Mélenchon et Florian Philippot demandent, à l’unisson, que les numéros de département 91, 92 et 93 soient repris à l’Essonne, les Hauts de Seine et la Seine Saint Denis pour être rendus aux départements d’Alger, d’Oran et de Constantine! “L’Algérie française”! N’était-ce pas le cri de rassemblement des défenseurs de “l’unicité et de l’indivisibilité” de la République il y a 50 ans? La France n’a-t-elle pas commis, en Algérie et au nom du sacro-saint dogme jacobin “la République est UNE et IN-DI-VI-SI-BLE”, d’ignobles exactions pour lesquelles elle ne s’est toujours pas excusée, ce qui devrait la rendre un peu plus humble aux yeux de l’Histoire et des valeurs qu’elle prétend défendre dans le monde.

Mais revenons-en aux faits : l’indépendance des “départements” algériens et le processus d’indépendance en Kanakie sont la preuve que la France est divisible pour la simple et bonne raison que les valeurs démocratiques et les droits de l’Homme sont supérieurs à la “République” et non l’inverse comme le profère l’Ayatollah du jacobinisme français, Christophe Barbier! Les jacobins sont à la France ce que les intégristes sont à la religion, des dogmatiques avec qui le dialogue est impossible car ils pensent détenir la “Vérité”, sous entendu supérieure à tout choix démocratique. En cela, le jacobinisme est le cancer de la démocratie!

L’histoire et la géographie sont têtues, n’en déplaisent aux Mélenchon, Philippot, Chevènement ou autre Barbier, ou encore au Conseil constitutionnel, il n’existe pas “un” peuple en France mais bel et bien des nations et des peuples qui vivent en France. Soit la France les reconnaît et les défend soit, légitimement, ces peuples et nations, niés par le centralisme français, prendront, à terme, définitivement et démocratiquement le large.

A bon jacobin, salut! »

Victoires historiques des Corses et des Martiniquais !

victoire nationalistes corsesLe Parti Niçois / Partit Nissart se félicite des victoires historiques des nationalistes corses de Pè a Corsica et des indépendantistes martiniquais ! Celles-ci s’inscrivent dans le sens de l’Histoire, en marche, un peu de partout en Europe reste l’exemple à suivre pour les l'ensemble des peuples !

Nous saluons l’entente entre les différents mouvements corses qui ont pu permettre cette victoire, condition indispensable afin de contrer les partis jacobins et première étape pour la reconquête des droits inaliénables à l’auto-détermination des peuples annexés.

Vive la Corse, vive la Martinique ! Issa Nissa !

Consigne de vote du Parti Niçois pour le second tour des élections régionales

logo parti nicois-partit nissart

Le Parti Niçois appelle, comme au premier tour, à voter blanc ou à glisser dans l’urne les bulletins éditables à l’initiative de la page Facebook « Sortons de la PACA pour une région Pays Niçois ».

En effet, voter pour l’un ou l’autre revient juste à choisir la couleur de nos chaînes et de nôtre boulet Marseillais qui entrave le Pays Niçois. Que ce soit l’un ou l’autre (ou encore un autre), le problème ne change en rien : cela reste des jacobins voulant maintenir le Pays de Nice enchaîné à la Provence !

Nous félicitons les régionalistes bretons (4e force politique de Bretagne) et alsaciens (3e dans le Haut-Rhin et 4e dans le Bas-Rhin) pour leurs performances. Nous félicitons également et plus particulièrement les nationalistes Corses et Martiniquais qualifiés pour le second tour en leur souhaitant bonne chance pour dimanche prochain !

1 - bulletin non paca

Régionales 2015 : Consigne de vote du Parti Niçois.

logo parti nicois-partit nissart

Les élections régionales des 6 et 13 décembre se dérouleront dans un contexte particulier, après les effroyables attentats survenus à Paris le vendredi 13 novembre. Les partis jacobins n’ont pas attendu longtemps pour récupérer ce drame en surfant sur l’émotion collective, transformant l’élection régionale en enjeu national.

Certains représentants des partis dans leurs meetings régionaux ont totalement abandonné les problématiques locales pour ne parler que de« sécurité » de « lutte anti-terroriste » et  « d’immigration ». Même s’ils étaient élus grâce à l’atmosphère anxiogène post-attentat, ils n’y pourraient rien, car les régions, faute d’une réelle et véritable autonomie (que les partis jacobins refusent obstinément) n’ont aucune compétence en matière sécuritaire, judiciaire et encore moins sur l’immigration. Il faut donc recentrer le débat sur les enjeux strictement locaux de ces élections et ne pas laisser son jugement altérés et ses choix faussés par le caractère extraordinaire de la situation.

Le Parti Niçois/Partit Nissart, comme nombre de Niçoises et de Niçois, ne se reconnait pas dans la région artificielle « Provence Alpes Côte d’Azur » qui  n’arrivera jamais à concilier Niçois et Provençaux diamétralement opposés d’un point de vue historique, culturel, économique et politique. La réalité de cette région,  absolument pas conçue pour abriter deux villes d’importantes majeures en perpétuelle rivalité (et au détriment des Niçois) doit faire prendre conscience à ses habitants que seule une souveraineté régionale permettra au Pays Niçois de se développer harmonieusement. Cette solution d’une séparation de la Provence  et  du Pays Niçois, n’a finalement  rien d’insurmontable ni de saugrenue  lorsqu’on compare  le bouleversement  généré par une réforme régionale contestée et contestable.

Pour toutes ces raisons le Parti Niçois ne présentera pas de liste en PACA ; nous ne cautionnerons jamais ces élections illégitimes et tutélaires.

Aucune des listes candidates ne privilégie la défense des intérêts des Niçois, encore moins celles ultra-jacobines ou anti-régionalistes en nous comparant à des « communautaristes ».

Nous appelons à voter blanc, ou à faire passer un message plus clair en direction de  Marseille en imprimant et mettant  dans l’urne les bulletins éditables à l’initiative de la page face book « Sortons de la PACA pour une région niçoise ». Faites votre devoir de citoyen en allant voter mais si vous ne vous reconnaissez ni dans cette région ni dans les listes présentes, faites votre devoir de Niçois en dénonçant le diktat Marseillais.

Le Parti Niçois souhaite également bonne chance aux listes des candidats régionalistes/autonomistes/indépendantistes Alsaciens, Bretons, Corses et d'Outre-Mer.

NON A LA REGION PACA ! OUI A LA REGION PAYS NICOIS !

1 - bulletin non paca