Repaua en pas lou nouostre pastre !

Nous avons appris avec tristesse la disparition du plus joyeux et fantasque des supporters du Gym; Paul Capietto que tous connaissaient comme "le Berger" de Saint-Martin-Vésubie, s'est éteint aujourd'hui à l'âge de 73 ans.

Nous adressons toutes nos condoléances à sa famille et ses proches.

 

paul capietto

Lettre du président #09 -Rue « Jacques Médecin »

jacquou

Dans quelques jours une rue « Jacques Médecin » verra le jour, une inauguration qui fait polémique, certains élus et militants de l'opposition montant au créneau à coup de pétition en ligne et d'appel à « une action de protestation ».

On aurait aimé voir ces élus et militants être aussi offensif face à l’inauguration du « quai Napoléon Ier », car même si Jacquou n’était certainement pas un saint, il n’avait pas le sang de millions de morts (dont des Niçois) sur les mains, contrairement à l’empereur....

Jacquou avait peut-être des défauts, mais il avait aussi des qualités que ses opposants de l’époque, eux au moins, savaient lui reconnaître.

Je veux bien qu’on s’oppose à l’inauguration d’une rue Jacques Médecin sous prétexte de ceci ou de cela, pourquoi pas après-tout, chacun est libre de s' indigner de ce qu'il veut… mais encore faut-il que les personnes, se lançant dans cette « croisade anti-Jacquou » puissent eux-mêmes être irréprochables, car les idéologies ou les prises de position de certains de ces « croisés anti-Médecin » ou de leurs partis ne sont pas non plus exemplaire…

Quant aux reproches que l’on peut faire généralement aux niçois « adulant » un « mafieux et un escroc », surtout lorsque ces reproches viennent de personnes d’outre-Var; quand on voit la classe politique française ; avant de regarder la paille dans l’œil du voisin, regardez d’abord la poutre qui est dans le vôtre !

Oui Jacquou a commis des fautes et fait des erreurs, les Niçois ne le nient pas, ils ne cherchent absolument pas à le dédouaner ou à l’excuser ; contrairement aux militants d’aujourd’hui de certains hommes politiques français, niant les faits reprochés jusqu’a inventer des « théories des complots » pour dédouaner leurs champions ou lançant des cagnottes pour des élus condamnés…

Qu’on le veuille ou non, qu’on partage ou non ses opinions (et je ne partage absolument pas toutes ses opinions) c’était un personnage aux multiples facettes aimé des Niçois malgré tout. Il marqua l’Histoire récente de notre ville durant un quart de siècle où il a été à la fois maire de Nice et un « père » pour les Niçois.

Mais surtout et avant tout, Jacquou était un Nissart.

Julien LLINARES

"Quai Napoleon Ier", l'inauguration de la honte !

Communiqué du Parti Niçois du 20 octobre 2019.

Avec l’inauguration en grande pompe du « Quai Napoléon Ier » au port (en débaptisant au préalable le "Quai Cassini"), Nice n’avait plus connu une fête aussi outrancière et révisionniste depuis 2010 et le 150e anniversaire de l’annexion à la France !

Une « fête » au port de Nice…sans drapeau niçois ! Remplacé pour l’occasion par l’aigle napoléonien ! Cette insulte à notre emblème fait écho à la volonté du petit caporal qui voulut en 1811 effacer l’aigle niçois « incompatible » avec son aigle impérial !

Une « fête » célébrant un homme, qui en déplaise aux bonapartistes idéalisant leur héros, était le premier dictateur de la période contemporaine, responsable entre autres, de la mort de millions de personnes en Europe dans ses guerres et du rétablissement de l’esclavage.

Cette inauguration, n’était pas une fête destinée aux Niçois, c’était une sauterie organisée pour et par les jacobins, célébrant entre eux une fable de leur « roman national » ; mythe fondateur de leur nationalisme artificiel et mortifère.

Il serait peut-être temps, que celui qui se veut être le maire de « tous les Niçois », prend enfin conscience de la nécessité d’arrêter le « devoir de mémoire sélectif » en célébrant pompeusement des événements compatibles uniquement avec le « roman national » français, en marginalisant d’autres événements qui sont, peut-être moins « acceptables » pour l’Histoire (ré)écrite depuis Paris et pourtant au combien essentiel dans la construction de notre identité singulière :

Après-tout, en y réfléchissant, en regardant par exemple, le règne de la maison de Savoie sur Nice : pourquoi n’honorons-nous pas également cette dynastie après tout ? D’ailleurs qu’apporta de plus la petite décennie du joug de Napoléon sur Nice face à presque un demi-millénaire de règne des Savoie ? Face aux liens ancestraux entre Nice, Piémont et Savoie méritant d’être mis en avant, qu’apporta de plus le petit Caporal au particularisme niçois ? Rien si ce n’est vouloir effacer notre aigle ! Que vaut le culte franco-français à l’empereur face au rayonnement international de Garibaldi, fils de Nice ?

Il est plus qu’essentiel maintenant, d’honorer avec la même solennité notre Histoire dans son ensemble, célébrer nos véritables héros (nous attendons toujours, l’inauguration de la « rue des Barbets ») et mettre en lumière l'héritage au pluriel dans laquelle notre identité trouve ses racines.

drapeau napoleon

Sur le port de Nice, les drapeaux aux armes de Napoléon remplacèrent le drapeau niçois !

-

-

Lettre du président #08 -Quai « Napoléon Ier »

L’inauguration dimanche prochain d’un quai « Napoléon Ier », que nous avons dénoncé dans un précédent communiqué, commence semble-t-il à faire des vagues.

Dans un article de 20 minutes du 17 octobre 2019 intitulé « Nice inaugure le quai Napoléon Ier, un collectif dénonce «une erreur » historique », Gael Nofri, conseiller municipal de la majorité, tente de défendre la mairie sur son choix d’inaugurer ce quai en chantant les louanges de Napoléon Bonaparte comme « quelqu’un qui a marqué le monde » avec « son souffle de liberté » et de « révolution ».

Visiblement celui qui change de parti politique comme de chemise ; s’étant déjà fait remarqué, en pleine séance du conseil municipal en ne pouvant pas s’empêcher d’être « interpellé » qu’on donne un nom de rue aux Barbets à Nice à cause de son « admiration pour les soldats de l’an II » ; semble ignorer (ou volontairement oublier) que Napoléon a avant tout « marqué le monde » par ses guerres napoléoniennes mettant l’Europe à feu et à sang en tuant entre 4 et 7 millions de personnes (selon les différentes estimations d’Historiens) et ce que Napoléon a pu « souffler » c’est surtout souffler l’asservissement en rétablissant l’esclavage dans les colonies françaises…en plus des exactions commises par son armée dans le Pays Niçois...

Alors non Mr Nofri; le fait que « Nice est une ville française » aujourd’hui (et seulement depuis 159 ans) ne justifie pas d’effacer ou de réécrire 2500 ans d’Histoire à votre convenance ou à la convenance de celui que vous servez aujourd’hui... ou que vous servirez demain selon le sens du vent.

nofri-napoleon

"Quai Napoléon Ier", une honte !

napoleon sang

Ne se contentant pas seulement d’une rue Bonaparte, voilà que le maire de Nice décide – pour « fêter » le 250e anniversaire du petit Caporal - de baptiser en grande pompe un quai « Napoléon Ier » au Port de Nice (précisément où se situera le terminus de la ligne 2 du Tram) …en débaptisant le « Quai Cassini » !

Rappelons si besoin, quelques-unes des « prouesses » de Napoléon ; du vrai Napoléon, pas celui que l’histoire officielle glorifie comme un « héros » et « un grand homme » de la nation :

Il prit le pouvoir par un coup d’État ; mit l’Europe à feu et à sang dans ses « guerres napoléoniennes » causant la mort de 4 à 7 millions de personnes (selon les estimations de différents historiens) ; rétablit l’esclavage dans les colonies françaises, etc.

A Nice, en plus des exactions commises par son armée (dans la continuité de l’armée révolutionnaire) avec la complicité de traitres comme Massena ou Tordo ; Napoléon dans sa mégalomanie, entreprit d’effacer notre aigle ! Jugeant l’aigle niçois « incompatible » avec son aigle impérial ; le nouveau blason imposé par décret en 1811 – représentant un lion et des abeilles - ne fut d’ailleurs jamais utilisé par l’administration niçoise durant l’occupation et fut aussitôt abandonné, à la restauration sarde, qui vit le retour immédiat de notre antique aigle !

Voilà donc l’homme que Christian Estrosi veut honorer en grande pompe le 20 octobre prochain : un dictateur, le premier de l’époque contemporaine, au détriment d’un scientifique niçois de renom. Un homme dont les majestueux habits de sacre sont maculés du sang de millions de victimes, alors que ce dictateur a déjà à Nice une rue à son nom, ce qui est déjà une rue de trop !

Pendant ce temps-là, nous attendons toujours l’inauguration officielle de la rue « des Barbets » qui s’opposèrent vaillamment aux troupes de Napoléon…

Il est temps d’arrêter de cracher sur la tombe de nos ancêtres en portant en triomphe ceux qui martyrisèrent notre patrie comme : François Ier, Vauban, Thiers, Napoléon et d’autres ou de glorifier les traitres tel Masséna, Tordo ou encore Rusca !

Il serait plus que temps, de véritablement honorer, la mémoire de nos vrais héros, en sortant leurs noms de l’oubli !

Lettre du président #07 - Kurdes abandonnés, la trahison de l'Occident

Parmi ces jeunes femmes kurdes dont je partage les photos, certaines (voir peut-être toutes) sont mortes aujourd'hui. Mortes à la fois pour leur peuple (les Kurdes étant à ce jour le plus grand peuple sans État au monde) et mortes aussi pour NOUS en étant en première ligne contre Daesh en Irak et en Syrie, éliminant et capturant des milliers de djihadistes...en remerciement de leurs sacrifices, "l'Occident" abandonne -encore une fois- ses alliés les laissant à la merci des Turcs...

Voilà comment on traite des alliés, voilà comment on remercie le sacrifice de ces jeunes femmes dont je partage les photos : on les jette comme un préservatif après usage ! Cette ignoble trahison aura de graves conséquences...

Solidarité aux Kurdes du Rojava.

combattante kurde

kurde mosaik

 

 

 

 

Lettre du président #06 - 07/07/2019 - Hommage à Torrin et Grassi

Lettre du président #06 - 07/07/2019

Il y a 75 ans, le 7 juillet 1944, les résistants Séraphin TORRIN et Ange GRASSI, furent pendus par les nazis aux réverbères de l’Avenue de la Victoire (actuelle Avenue Jean Médecin) sous les yeux horrifiés des niçois.

Comme les fusillés de St-Julien-du-Verdon quelques semaines avant eux, comme les fusillés de l’Ariane quelques jours après eux, comme les résistants tombés en libérant Nice le 28 aout : le martyr de Torrin et Grassi s’inscrit dans la tradition de résistance des habitants du Comté de Nice

Le sang versé des maquisards sur notre terre sacrée, rejoint celui versé par les Barbets, les victimes et héros qui au cours des siècles, ont dû faire face aux sièges, invasions et occupations émaillant l’Histoire du Pays Niçois.

Ne les oublions pas.

torin et grassi