27 juin 2011

« Le reportage truqué par des journalistes de Nice-Matin fait de très grosses vagues »

Parti_nicois_2_1Communiqué du Parti Niçois - 27 juin 2011

« Visiblement, le truquage d’un reportage dont le but était de vanter l’action de M. Ciotti contre l’abstentionnisme scolaire n’est pas passé comme une lettre à la poste dans la capitale. Ce jour, lors du journal télévisé de TF1 à 13 H, le présentateur J-P Pernaut a lu un assez long communiqué présentant les plates excuses de TF1 à ses téléspectateurs et stigmatisant longuement cette fraude inadmissible pratiquée par des journalistes de Nice-Matin ; il a indiqué qu’un tel manquement à la déontologie ne s’était jamais vu jusqu’alors, dans les rapports de TF1 avec la presse régionale.

 

« Pour faire de la publicité à M. Ciotti, des journalistes de Nice Matin ont fait une bien mauvaise publicité à Nice qui passe une fois de plus pour une ville où la fraude côtoie les paillettes et les bulles de savon.

 

« Néanmoins, à quelque chose malheur est bon : ceux des Niçoises et des Niçois qui sont encore naïfs et ne jurent que par « ce qui est écrit dans le journal », sauront désormais mieux apprécier à leur juste valeur, les affirmations laudatives répétitives qui paraissent dans le monopole de presse niçois.

 

« Certes, la Mairie de Nice et le Conseil général des A.M. sont de très gros clients pour le monopole de presse, où ils passent leurs annonces légales et des monceaux de publicité dont le bien fondé est souvent contestable, mais ce sont les Niçois qui les payent.  Plutôt que de faire la promotion des élus qui passent commande, il conviendrait de respecter les Niçois qui payent, en délivrant une information fiable.

 

« Il est vraiment grand temps d’assainir la situation à Nice et ce, dans tous les domaines. Les prochaines échéances politiques à Nice  et particulièrement les élections municipales, nous permettront d'ouvrir toutes grandes les fenêtres de ce monde politique à bout de souffle et en pleine déliquescence. Pour l’instant : courage, mobilisation et espoir : Issa Nissa ! »

 

fin de communiqué

 

    

 

25 juin 2011

Communiqué du Parti Niçois - 25 juin 2011

Parti_nicois_2_1"Les Falsificateurs"

« Voilà deux jours, nous avons eu la preuve que le monde politique niçois et en particulier, l’entourage de M. Ciotti, Président du Conseil général, ne se contente pas du matraquage médiatique que nous connaissons, mais qu’il va même jusqu’à falsifier les informations données au public. L’information, à savoir un faux témoignage dans une enquête réalisée par des journalistes du monopole de presse niçois, ayant été reprise pour argent comptant par la chaîne TF1 dans son journal télévisé, a provoqué plus que des grincements de dents. »

 

«  Mme Catherine Nayl, directrice de l’information de TF1 aurait déclaré, furieuse  : « On a subi un préjudice assez important. Je suis en colère par rapport à la façon dont les journalistes de Nice Matin, qui travaillent dans le cadre de nos accords avec la  presse quotidienne régionale, ont réalisé leur reportage. J’ai appelé Frédéric Touraille [Directeur général délégué de Nice Matin] .... Je lui ait dit mon extrême mécontentement. Ce n’est pas à moi de voir quelles sont les suites à donner, mais je ne  peux accepter ça sur l’antenne de TF1. »

 

« Il n’a échappé à personne que beaucoup de publicité médiatique est faite à M. Ciotti dans le monopole de presse niçois pour la loi qu’il a porté, au sujet de l’absentéisme scolaire. Certains médias niçois  présentent cette loi comme l’universelle panacée et son auteur comme un politicien de stature nationale. La remise en jeu du mandat législatif de M. Ciotti, l’année prochaine, explique peut être cette déferlante médiatique qui chante ses louanges sur tous les modes. Las, les zélés laudateurs se sont pris les pieds dans le tapis du mensonge. »

 

« Lors d’un reportage qui, les faits le prouvent, était de complaisance, les journalistes du monopole de presse niçois, ont interrogé « une mère » d’élève qui  exprimait « sa détresse face à l’absentéisme de son enfant, et son soulagement de voir son désarroi pris en charge par le dispositif de la loi Ciotti ». TF1 reprit cette information et ces images au journal télévisé. Des trompettes de la renommée quelque peu frelatées, apprirent donc à toute la France esbaudie que des laudes et satisfecit  saluaient à Nice, l’action de M. Ciotti. »

 

« Malheureusement pour les organisateurs de cette mascarade, le bel or, bien brillant comme celui qui autrefois garnissait les hottes de l’âne décorant pour les fêtes la vitrine du bijoutier Manicou dans la Vieille Ville, n’était que du toc...  Il apparut très vite en effet, que « la mère angoissée » interrogée, n’était autre... que l’attachée de presse de M. Ciotti.... Et, circonstance oh combien aggravante.... qu’elle n’a pas d’enfants ! »

 

« M. Ciotti, a ouvert immédiatement son parapluie magique en déclarant « Je n’étais pas au courant... c’est une faute professionnelle ; elle est intervenue à la demande de TF1. Je suis choqué ». Le reportage cependant, n’a pas été réalisé par TF1 mais par le monopole de presse...  Si M. Ciotti n’était pas au courant, et que son attachée de presse a agi sans autorisation, cela pourrait laisser penser, que pareille chose est pratique courante. Un politicien est responsable de son staff et que M. Ciotti ait été au courant ou non, nul ne peut nier qu’il était bien le bénéficiaire d’un faux témoignage commis par sa collaboratrice.»

 

« Cet épisode très peu glorieux aura au moins un mérite : celui de relativiser désormais les informations radieuses dont la presse niçoise nous abreuve au sujet du président du Conseil général, et par extension du maire de Nice. Et à plus forte raison, les « sondages » politiques futurs qui ne manqueront pas de fleurir, dans les très pures colonnes du journal que vous savez.»

 

« En citoyens compatissants, ayons une pensée pour M. le Président du Conseil général « qui est choqué » et méditons cette pensée d’Alexis de Tocqueville :

 

«  Je crois que dans tous les gouvernements, quels qu’ils soient, la bassesse s’attachera à la force et la flatterie au pouvoir. Je ne connais qu’un moyen d’empêcher que les hommes ne se dégradent, c’est de n’accorder à personne avec le toute puissance, le pouvoir de les avilir. »

 

« Pour terminer par une note niçoise, en ces temps calamiteux, ayons plus souvent à l’esprit ce proverbe de nos anciens qui demeure plus que jamais d’actualité : « Es couma l’ae de Mànicou... ».

 

Fin de communiqué

 

03 juin 2011

Communiqué du Parti Niçois - 3 juin 2011

Parti_nicois_2_1« Nous constatons que sur un fond de faillite économique et de paupérisation, des scandales à répétition discréditent  la classe politique française davantage chaque jour. De graves atteintes aux libertés individuelles complètent  ce très sombre tableau. Alors que les délinquants sont peu ou pas poursuivis comme ils devraient l’être, que des CRS parisiens rackettent des chauffeurs de taxi, un citoyen facétieux vient d’être condamné pour avoir chanté à sa fenêtre une chanson de Brassens houspillant la maréchaussée, alors que passaient des gendarmes dans la rue !  Nous voilà donc revenu un demi-siècle en arrière, quand le ministère de l’Intérieur interdisait Le Déserteur de Boris Vian ! Gare à celui qui chantera La Marseillaise de Léo Ferret.... Les  citoyens doivent se mobiliser afin de défendre leurs droits et le cas échéant, épuiser toutes les voies de recours dans l’hexagone, pour soumettre ce genre de décisions judiciaires aux instances européennes. La France a souvent été condamnée pour violation des Droits de l’Homme, et à ce rythme, elle risque de l’être davantage encore. Elle va devenir la championne des Non-Droits de l’Homme.

 

A Nice, M.M. Ciotti et Estrosi prônent le tout sécuritaire, mais la forêt de caméras installée à grand frais, la bunkérisation de la mairie de Nice comme les effets d’annonce martiaux et tapageurs sont inefficaces, car la délinquance augmente et la propre voiture du maire a même été attaquée par des voyous ! La loi Ciotti qui jette le soupçon sur les plus défavorisés semble ne satisfaire qu’un ego belliqueux plutôt qu’apporter une réponse efficace aux problèmes  dont les politiciens sont responsables au premier chef. Nous constatons que la délinquance ne baisse que dans les statistiques que M. Estrosi décline à grand renfort de  placards  publicitaires passés dans le monopole de presse niçois. De plus, il n’est pas rare que les rigueurs de la loi frappent davantage les honnêtes gens  coupables de vétilles ou que l’on veut bâillonner, que les voyous dangereux, connus et patentés, notamment ceux qui ont transformé les banlieues en zones de non droit. 

 

Les politiciens carriéristes sont responsables de la déliquescence qui gangrène le pays. A défaut de savoir y remédier, ils ne trouvent que la force pour tenter de maîtriser une situation qui résulte de leur incompétence et de leur démagogie. Ces mesures coercitives frappent également les citoyens protestataires, ce qui est inacceptable. Nice qui a longtemps été relativement protégée se voit maintenant frappée de plein fouet par la faillite économique et morale du pays qui l’annexé dans les conditions que l’on sait. Les Niçoises et les Niçois ne peuvent plus accorder la moindre confiance aux politiciens français. Et ils ne peuvent plus compter que sur eux mêmes pour se protéger des poisons mortels qui s’exhalent du cloaque politique. C’est la raison pour la laquelle le Parti Niçois/Partit Nissart a choisi pour thème majeur : Ni droite, ni gauche, Nice d’abord.

 

Etablir ce désastreux bilan, n’est pas une fin en soi, l’important est d’en tirer les conséquences. Il convient de réagir en portant la société civile niçoise apolitique au pouvoir municipal.  C’est le but impératif que les circonstances imposent et que nous nous sommes fixés. Les Niçois, de souche ou d’adoption, ne doivent point se déchirer entre eux, divisés par des idéologies du XIXéme siècles, tout à fait obsolètes aujourd’hui, qui ont fait la preuve de leur totale inadaptation aux réalités humaines et économiques, mais se préoccuper uniquement des affaires niçoises, qui seules sont à notre portée et sur lesquelles nous pouvons peser directement.

 

Il ne faut pas se  bercer d’illusions : tant que les politiciens carriéristes et leurs affidés qui nous ont menés où nous en sommes, conserveront le pouvoir à Nice, nos affaires ne peuvent qu’empirer. Comme une boule sur une pente, la chute de notre société s’accélère et ce, dans tous les domaines. Gardons nous de l’individualisme égoïste qui paralyse les sociétés et permet aux malfaisants d’agir en toute impunité. De grands combats sont à mener pour sauver notre ville et notre jeunesse des calamités qui s’annoncent. Parmi ces actions, certaines sont vitales : le sauvetage des terrains agricoles de la plaine du Var qui va être  bétonnée par les faiseurs d’argent ; la préservation de nos ressources en eau ; l’instauration d’une véritable justice sociale ; la suppression du gaspillage éhonté des deniers publics ; la sécurité ; la régulation de l’immigration qui finira par faire de nous des étrangers dans notre propre ville ; se pencher très sérieusement sur les problèmes de pollution, qui autrefois étaient considérés à tort comme accessoires et deviennent aujourd’hui un enjeu majeur incontournable. Sans oublier le plus important sans doute, la préservation de notre identité particulière qui seule ferra barrage aux atteintes d’un mondialisme vampirique dont le but est de niveler les sociétés par le bas pour mieux régner économiquement et politiquement.  Nice dispose de tous les atouts pour résister aux forces néfastes qui détruisent nos paysages, dilapident nos ressources, conduisent nos enfants à s’expatrier, ruinent les citoyens, et nient notre identité historique.  Notre identité niçoise est le seul rempart contre la catastrophe, le seul facteur d’union contre les malfaisants, le seul moteur d’une résistance active au déclin.

 

La première étape de cette résistance est la reconquête du pouvoir municipal par la société civile niçoise. Il est capital de chasser les responsables de la situation actuelle, qui ne sont pas au service de Nice, mais à celui des partis parisiens dont ils sont le relais en province. Mais Nice n’est pas une simple province, elle fut indépendante en 1108 et certains acteurs de la politique niçoise devraient s’en souvenir car la négation de l’Histoire, la négation de l’identité d’un peuple et la destruction de sa culture sont des crimes qui ne demeurent jamais impunis.

 

Les hommes politiques pour la plupart, carriéristes, ne servent pas l’intérêt général, mais les formations politiques nationales dont l’appareil assure leur réélection ad vitam æternam. Cumulards, incapables et amoraux ils créent des structures creuses, vivent dans le paraître et ne sont capables que d’effets d’annonces ; brillantinés, gominés, poudrés, pomponnés et coachés, ils  donnent le change au public avec l’appui des médias qu’ils gratifient de fonds publics très importants, par le biais d’inutiles et incessantes publicités. L’écho de leurs gesticulations insanes se perd dans un vide sidéral, pendant que la société se délite chaque jour davantage. Ce déplorable état de choses ne peut plus durer, car nous touchons le fond.

 

Le Parti Niçois/Partit Nissart a été fondé afin de préserver Nice de la dissolution inéluctable qui à court terme guette la société française déjà gravement ébranlée. Une seule option est possible : les citoyens niçois  doivent gérer directement la Ville et associer leurs capacités petites ou grandes. Une volonté commune de  bien faire sera sans nul doute, beaucoup plus salvatrice que les promesses éculées des partis parisiens qui nous ont menés d’abord à la médiocrité et à la jalousie sociale, ensuite à la faillite et aujourd’hui à la déchéance.  Dès la rentrée, M. Alain Roullier-Laurens, président du Parti Niçois/Partit Nissart, publiera un ouvrage d’analyse de société, dans lequel il développera également le programme et les objectifs du parti pour les trois années à venir. Pour l’instant, regroupons nous en vue des combats futurs et faisons face comme nos ancêtres l’ont toujours fait devant le danger. Issa Nissa ! » fin de communiqué  

24 mars 2011

Communiqué du Parti Niçois - 24 mars 2011 - Analyse des résultats du premier tour des élections cantonales.

Parti_nicois_2_1« Le Parti Niçois est satisfait du score obtenu par ses candidats qui, dans un contexte difficile, se présentaient pour la première fois à des élections. Ce galop d’essai, est important car il marque un tournant important, la présence à Nice d’une véritable force niçoise apolitique ; une force de proposition et d’opposition au système en place qui nuit à Nice. Lors des prochains scrutins, nos candidats permettront aux vrais Niçois de se rassembler autour du drapeau blanc frappé de l’Aigle rouge, pour défendre notre ville et les intérêts de ses habitants »

 

« Le lendemain de ce premier tour, nous avons été sollicités, afin de « donner nos voix » aux un ou aux autres. Comme nous l’avions annoncé, nous ne donnons pas de consigne de vote, nous en remettant à la volonté et à la sagesse des électrices et des électeurs qui nous ont accordé leur confiance. Les intentions de vote sont personnelles et appartiennent en propre à chacun. Le parti Niçois, qui rejette le système politique jacobin, confiscatoire et antidémocratique, tient à rompre avec ces pratiques qui sont devenues un usage malsain, alors qu’elles ne doivent être qu’exceptionnelles »

 

« Ce scrutin a été marqué par une forte abstention, le recul de l’U.M.P et une poussée frontiste. Ces trois tendances résultent de la situation de crise et de faillite qui frappe la société, comme du rejet des partis. Quoi qu’il en soit, il convient de respecter le choix des électeurs. Certains ne le font pas, comme l’ex-maire de Nice qui prétend avoir été « spolié » du siège qu’il convoitait, par M. Baeza  lequel aurait « détourné » les voix du Front National lui  revenant, comme si les électeurs en question  étaient la chose d’un parti et avaient pu le confondre avec son adversaire ; mais ces aigreurs revanchardes de fin de carrière, ne sont que des scories, dans la situation critique où se trouvent les niçois, qui ont d’autres motifs d’inquiétude et préoccupations »

 

« Les temps vont devenir plus difficiles encore et les Niçois doivent se regrouper pour se défendre contre les nombreux périls qui les guettent. Le Parti Niçois sera présent à leurs côtés et mènera le combat avec détermination car il convient impérativement  de porter la société civile au pouvoir municipal. Ni droite, ni gauche, tous les partis parisiens confondus sont responsables de l’effondrement moral et économique qui pénalise gravement la société niçoise. Il est temps que les Niçois s’occupent eux-mêmes de leurs affaires. Ils le feront  beaucoup mieux que les politiciens qui ne servent pas le bien public mais les partis qui assurent leur réélection. Issa Nissa ! » 

21 mars 2011

Communiqué du Parti Niçois

« Le Parti Niçois est maintenant présent dans le paysage politique régional. Nous remercions les électrices et les électeurs qui nous ont accordé leurs suffrages. Le parti Niçois, comme il avait indiqué précédemment, ne donne aucune consigne de vote pour le second tour des cantonales, et s’en remet à la volonté et à la sagesse de ses électeurs. Il sera présent désormais dans le Pays de Nice, et en particulier lors des échéances électorales de 2012 et des municipales de 2014 ».

Posté par parti_nicois à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 mars 2011

Le Parti Niçois invite ses adhérents et sympatisants à se rendre nombreux à la permanence

« Le parti Niçois informe le public que dans le cadre des élections, sa permanence, 1 rue Cais de Pierlas,  sera ouverte le samedi 19 mars 2011 de 15 H à 20 H et le dimanche 20 mars, de 11 H à 23 H. Il invite tous ses adhérents et sympathisants à s’y rendre nombreux »  

26 février 2011

Communiqué du Secrétariat du Parti Niçois/Partit Nissart du 26 février 2011

« Le Parti Niçois/Partit Nissart, informe le public qu’il rejette les partis composant le système politique français. Contrairement aux informations parues dans le quotidien Nice-Matin, ses candidats aux prochaines élections cantonales dans les 3e, 5e et 7e cantons de Nice, sont classifiés officiellement comme « Régionalistes » dans le tableau officiel des appartenances politiques établis par la Préfecture des Alpes-Maritimes. Le quotidien Nice-Matin à été mis en demeure, ce jour, de  rectifier ses informations erronées et se mettre en conformité avec le classement préfectoral qui seul fait foi ». 

Posté par parti_nicois à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 février 2011

Réaction de M. Alain Roullier-Laurens, Président du Parti Niçois au sujet de l’alliance de M. Peyrat avec le Front National

« En dix jours à peine, l’ex-maire de Nice, a commis deux erreurs politiques majeures : l’alliance avec un groupuscule qui se pare du vocable niçois de « Nissa rebela » , mais qui est en réalité  l’émanation directe du Bloc identitaire, parti d’extrême droite français connu pour ses provocations indignes, comme la distribution de soupe au cochon,  puis le rapprochement avec le Front national qu’il avait quitté en 1994 pour pouvoir prétendre à la mairie de Nice.  Allié ponctuel et sous conditions, de Jacques Peyrat, sur la liste duquel je figurais en 11e position en 2008, je me dois de réagir. Les 33000 électeurs qui nous avaient accordé leurs suffrages, n’ont pas voté pour l’extrême droite, et aujourd’hui se voient floués. J’avais mis en garde Jacques Peyrat au sujet de son entourage ; devant cette dérive plus que malsaine, je suis contraint de me désolidariser de lui. Ni l’ambition politique, ni la vengeance ne peuvent  justifier un renoncement aux valeurs humanistes et républicaines ».

Alain Roullier-Laurens

14 janvier 2011

M. Rudy Salles fait de la voyance

Parti_nicois_2_1Communiqué du Parti Niçois/Partit Nissart du 14 janvier 2011 : « Nous sommes surpris à plus d’un titre par un article paru sur un média du web ; le titre laisse penser que M. Rudy Salles (dont le père est bien connu des Niçois puisqu’il fut l’un des principaux protagonistes de l’affaire « Nice-Opéra » laquelle coûta 400 millions de francs aux Niçois à la fin de l’ère Médecin) fait de la voyance directe en ligne : « Rudy Salles prédit une grande année 2011 pour Nice ». Ce qui est certain c’est que ce sera une année mémorable pour le portefeuille des contribuables, compte tenu de l’argent gaspillé par la municipalité et de toutes les augmentations annoncées.   

« M. Salles critique ensuite M. Bayrou, qui selon lui « est contre tout le monde, majorité et opposition ». Le monde politique pour M. Salles, se résume donc à la droite et à la gauche en dehors desquelles rien n’existe. C’est ce que ses amis et lui proclament « démocratie »... Un club fermé composé de deux membres qui exclut toutes les autres sensibilités politiques au profit de deux partis frères jumeaux et complices de fait, qui se partagent le pouvoir depuis trop longtemps et empêchent tous les autres d’avoir droit au chapitre.

« Il indique ensuite que pour les cantonales de cette année « ces élections ne doivent pas juger de la politique nationale ». Il oublie seulement que la politique nationale influe grandement sur la politique locale ; sa demande prouve également que la politique nationale est catastrophique, dans le cas contraire, il ne demanderait évidemment pas d’ignorer la politique nationale.

« Il indique ensuite que Mme Moreau sous l’étiquette « Nice Ensemble » « essaiera de gagner le siège qui est aujourd’hui propriété de M. Mottard ». Il faut rappeler à ce grand démocrate qu’une élection n’est pas une loterie et que les sièges n’appartiennent pas aux élus.

« M. Salles explique aussi que cette année « Nice-Métropole » récupérera des compétences dévolues au Conseil régional et au Conseil général, nouveau statut avec lequel Nice sortira de la tutelle de Marseille ». Ceci est une belle galéjade marseillaise, car les fameuses « compétences » sont la plupart du temps des secteurs déficitaires dont l’Etat se décharge sur les régions pour ne pas avoir à payer...

« Bouquet final, il compare ceci « au rattachement de Nice à la France,  et dans des temps plus récents, à la fondation de notre université qui nous a permis de nous affranchir de celle de Marseille-Aix ». S’il fait de la voyance pour l’avenir, M. Salles,  falsifie le passé et en particulier l’histoire de Nice car ses propos sont l’inverse de la réalité. Nice possédait une université depuis quelques siècles avant l’annexion ; elle fut supprimée par la France après l'invasion de Nice en 1860. Et c’est Jean Médecin avec l’aide de lettrés et de Professeurs qui peu à peu, la récréa à Nice. Elle ne fut donc pas fondée mais récupérée à la force du poignet, alors que la France nous l’avait enlevée. Les raccourcis historiques de M. Salles cadrent parfaitement avec les mensonges débités l’année passée lors des commémorations que l’on sait.

« Ce que M. Salles, dans sa clairvoyance n’a pas vu, c’est que les Niçois en ont assez du régime des partis, et que cette « grande année », le parti Niçois va entrer en lice, afin de donner la possibilité aux niçoises et aux niçois d’échapper à la pieuvre politique parisienne qui étouffe Nice. Ce sera donc une grande année, mais pas comme il le l’entend. Il semble que si, pour l’instant, il a réussi en politique, il vaut mieux qu’il n’ouvre pas d’officine de voyance ».

Posté par parti_nicois à 23:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
02 janvier 2011

Communiqué du 2 janvier 2011

Parti_nicois_2_1Le bureau politique du Parti Niçois/Partit Nissart, a décidé de présenter des candidats lors des prochaines élections cantonales. Certains d’entre eux ont déjà été désignés. Ils appartiennent à la société civile et ont été choisis en fonction de leur implication pour Nice et leurs quartiers. Ils sont tout à fait étrangers au système politique parisien qui a tant nuit à notre ville. Leur programme sera de porter haut les couleurs de Nice, d’améliorer la vie quotidienne des Niçois, de veiller au bon emploi des deniers publics, de promouvoir notre culture et notre identité niçoise, totalement mises sous le boisseau par l’actuelle municipalité. Dans le cas spécial du XIVème canton , le bureau politique n’a pas cru bon de présenter de candidat, afin de pas gêner par une inopportune dispersion des voix, ceux qui s’opposeront à Mme Estrosi-Sassone et à son parti. Il est grand temps que les niçoises et les niçois se constituent en force politique indépendante et purement niçoise pour faire entendre leur voix et reprendre le pouvoir chez eux. Le Parti Niçois : Partit/Nissart, s’y emploiera

Posté par parti_nicois à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,